500 œufs de flamants roses perdus lors du tournage de ce film

04 Juillet, 2018, 22:15 | Auteur: Sue Barrett
  • 500 œufs de flamants roses perdus à cause d'un tournage de film

C'est notamment là que les volatiles se reproduisent.

En voulant faire s'envoler cette colonie "emblématique et identifiée comme quasi menacée sur la liste rouge régionale des oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon", le réalisateur aurait grandement dérangé les oiseaux en pleine période de couvaison. L'association France nature environnement porte plainte pour perturbation intentionnelle d'espèce protégée après que l'équipe du réalisateur ait survolé en ULM une colonie de Flamant rose en pleine période de couvaison.

Le flamant rose bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire.

Ironie du sort, le drame a eu lieu lors d'un repérage pour le nouveau film du cinéaste Nicolas Vannier intitulé "Donne-moi des ailes" et qui porte sur... la protection des oiseaux. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d'un projet fou: sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l'ULM de Christian!

Le cinéaste a pris la décision d'interrompre le tournage de son long-métrage en Camargue et s'est dit " très affecté " dans un communiqué, rapporte France 3 Occitanie. Le cinéaste l'assure: "un plan de vol précis avait été remis au pilote de l'ULM indiquant précisément les zones à éviter". "Ils ont été jouer à faire s'envoler des oiseaux, j'ai été scandalisé", a poursuivi le cinéaste auteur du "Dernier Trappeur" et de "Loup", qui estime ne pas pouvoir être "tenu pour responsable".

Afin de "réparer ce qui peut être ", Nicolas Vanier a proposé aux acteurs locaux de parrainer une population de flamants roses, de permettre d'utiliser le film dans le cadre pédagogique et d'intégrer les associations à la présentation du film dans la région. Quant au tournage, il reprendra dans quelques semaines, mais cette fois-ci en Norvège.

Nicolas Vanier avait déjà été visé par une polémique en 2014, lorsque l'État avait ordonné l'évacuation de tous les chiens de son domaine dédié aux activités nature dans la Drôme, après une mise en demeure sur les conditions d'hygiène et de sécurité. Il avait qualifié de "grotesques" les accusations de mauvais état sanitaire de ses bêtes, mais avait reconnu que le chenil était en surcapacité.

Recommande: