Portugal-Espagne, un match de légende avec une incroyable Cristiano Ronaldo

16 Juin, 2018, 18:35 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Reuters

D'entrée Cristiano Ronaldo a annoncé la couleur avec un penalty transformé dès la troisième minute. Une délicatesse qui n'aura cependant pas empêcher l'Espagne de marquer trois buts, avec un jeu proche d'un idéal tiki-taka, mais qui s'en est bizarrement remis à une transition rapide et un coup de pied arrêté. Sanction directe avec Diego Costa qui égalise, suite à un superbe geste et une frappe qui termine dans le petit filet à la 24e minute de jeu. Sur un débordement côté gauche, Diego Costa délivre un décalage tout en toucher pour David Silva, dont la frappe s'envole au dessus des buts de Rui Patricio (10'). Mais il était écrit que Cristiano Ronaldo serait le héros du soir. Malgré de nouvelles rumeurs concernant un éventuel départ lors du Mercato d'été (et ses soucis avec le fisc espagnol), l'ancien sociétaire du Sporting Portugal et de Manchester United a l'art de se transcender lors des grands rendez-vous.

Mais c'est au retour des vestiaires que le match va vraiment s'emballer avec le réveil de l'Espagne emmené par Iniesta. Nacho a donné l'avantage à la Roja sur une demi-volée magnifique (3-2, 58e). Une faute évitable de Piqué à 20 mètres du but et la sanction a été immédiate. Pas forcément ses points forts, mais cette équipe semble, offensivement, capable d'évoluer dans tous les registres, alors qu'on l'a aussi vu très à l'aise pour sortir des séquences de pressing portugaises en deuxième période. Sur la première action du match, Nacho touche Ronaldo dans la surface.

Un choc qui aura tenu absolument toutes ses promesses entre les deux favoris de ce groupe B. Après la première journée, c'est donc l'Iran qui est en tête après son succès 1-0 sur le Maroc.

Côté portugais, quatre cadres de la Seleçao (Rui Patricio, Bruno Fernandes, William Carvalho et Gelson Martins) ont rompu unilatéralement leur contrat avec leur club, le Sporting, après avoir été agressés par des supporters en mai dernier. Mais si le Portugais a brillé, Diego Costa a longtemps cru mener l'Espagne à la victoire.

Recommande: