Une analyse met en cause la nouvelle formule — Levothyrox

15 Juin, 2018, 11:43 | Auteur: Jonathan Ford

Une étude indépendante, commandée par l'association française des malades de la thyroïde (AFMT), a révélé un sous-dosage de la levothyroxine dans le médicament, qui pourrait expliquer ces effets indésirables et le " reveil de cancers endormis depuis longtemps " chez les patients.

L'Association française des malades de la thyroïde (AMFT) a indiqué dans un communiqué avoir fait réaliser des analyses pour comparer la nouvelle formule et l'ancienne du médicament.

Nouveau rebondissement dans l'affaire du Levothyrox, une nouvelle analyse, révélée par France Info, a mis en lumière un sous-dosage d'une molécule entraînant des "réveils de cancers endormis" et la présence d'une autre molécule, non présente dans la liste des composants, qui est interdite aux États-Unis. Celle-ci serait inopérante, voire toxique.

Le laboratoire a dénoncé des "prétendues déclarations non scientifiquement fondées, qui ne font qu'inquiéter les patients et déstabiliser la communauté médicale". "Si l'ANSM se refuse de commenter l'étude " qu'elle n'a pas vue", le laboratoire Merck a fustigé une étude " infondée scientifiquement " et qui dénonce l'absence de " présentation exhaustive des résultats ". "Concernant la présence d'une forme de lévothyroxine différente dans la nouvelle formule du Levothyrox, nous affirmons formellement que tel n'est pas le cas ", a ajouté un responsable de Merck. Merck dément, l'association réclame la démission de Buzyn " À ce stade, notre association ne prétend pas, sur une seule étude, disposer d'une " preuve " indiscutable, mais d'un fait nouveau important.

Selon l'association, "l'ensemble des éléments ont été communiqués à la justice dans le cadre de l'enquête pénale". Deux problèmes notables ont été identifiés sur le Levothyrox " nouvelle formule " (NF).

Pour des raisons toujours inconnues, le changement de formule en 2017 du Levothyrox, traitement contre l'hypothyroïdie, a provoqué une vague d'effets secondaires (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux).

Environ 1 200 d'entre eux ont porté plainte contre le fabricant, Merck. "Les résultats, notamment la teneur en lévothyroxine, sont normaux s'agissant de l'AF (ancienne formule)".

Recommande: