Le mot de trop d'Emmanuel Macron — Aides sociales

15 Juin, 2018, 01:11 | Auteur: Jonathan Ford
  • Macron: les aides sociales coûtent un pognon de dingue mais les gens restent pauvres

Emmanuel Macron expose ce mercredi 13 juin le cadre de sa politique sociale devant le 42e congrès de la Mutualité française. Mais comme le souligne les Echos, il se pourrait bien que ce chantier soit une " erreur tactique " pour Macron qui se retrouve à devoir taper sur les aides sociales sans se mettre à dos trop de monde.

Plaidant pour un "solidarisme" qui va "avec la fin d'une société de statuts", le président de la République a annoncé "une loi (.) présentée au début de l'année 2019 et (qui) sera votée dans le premier semestre de l'année 2019".

Pour dénoncer un système "trop complexe", "peu humain", il a pris l'exemple du RSA, le revenu de solidarité active, pour les personnes sans ressources, de 550 euros pour une personne seule.

Sur la question du financement du reste à charge zéro, elle met en garde: "Après avoir fait une annonce, il ne faut pas que cela soit financé indirectement par des hausses de tarifs, donc il faut y travailler". Mais pour sa défense, le chef de l'Etat peut compter sur sa ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui est venue à son secours ce jeudi 14 juin sur France2.

"Nous devons avoir un débat national, indispensable pour répondre au nouveau risque de la dépendance". La sécurité sociale comporte aujourd'hui quatre branches: maladie, accidents du travail, retraite, famille. Pour aller vers le zéro charge sur les soins les plus lourds et les plus coûteux, il faut donc aller vers plus de prévention sur les soins tels que les prothèses auditives ou les soins dentaires afin de " mieux responsabiliser, y compris les personnels les acteurs de soin et avoir un jeu plus coopératif public-privé ".

L'hôte de l'Élysée a ainsi appelé à ne pas se "contenter de la redistribution monétaire".

Dans un long discours prononcé mercredi lors du congrès de la Mutualité, le chef de l'Etat a rappelé qu'il ne voulait pas "dépenser toujours plus d'argent" pour la protection sociale. Le président de la République a estimé mardi soir qu'il fallait révolutionner le système des aides sociales en France, dans lequel on met "un pognon de dingue". "On doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir", ajoute-t-il. "Par l'éducation.", s'emballe-t-il ainsi.

Les propos tenus par le président Emmanuel Macron ont été rapidement critiqués par des membres de l'opposition. Rien n'est encore tranché: beaucoup d'arbitrages doivent encore être rendus, en vue notamment du plan pauvreté qui doit être présenté en juillet.

Recommande: