Une poignée de main historique — Rencontre Trump/Kim

14 Juin, 2018, 03:34 | Auteur: Sue Barrett
  • Une poignée de main historique — Rencontre Trump/Kim

Donald Trump et Kim Jong-un ont échangé une poignée de main historique, la première entre un président américain en exercice et un leader nord-coréen, à Singapour, le 12 juin 2018. A l'issue du sommet historique entre les dirigeants à Singapour, ce dernier a annoncé une dénucléarisation du régime isolé qui va commencer " très rapidement ". On déroule le film de cette journée spéciale. La déclaration commune ne contient même pas la plus vague référence à la manière dont serait vérifié ce désarmement.

L'engagement de Kim à " dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ". Près de 30.000 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud pour protéger ce pays allié des États-Unis de son voisin du Nord.

Les deux parties veulent également travailler pour établir la paix dans la péninsule et améliorer les relations bilatérales.

Le premier ministre, Shinzo Abe, a salué le sommet comme un " premier pas ", se félicitant que le président américain ait mentionné, au cours des entretiens, la question des Japonais enlevés par les agents nord-coréens dans les années 1970-1980.

L'enjeu du sommet dépasse largement le cadre bilatéral. Kim Jong-un l'aurait notamment assuré qu'un site d'essais de moteurs de missiles "allait être détruit très bientôt". " La relation hostile fermement ancrée et le problème nucléaire de la Corée du Nord ne peuvent pas être résolus grâce à une action unique lors d'une réunion entre leaders ", a mis en garde le président sud-coréen Moon Jae-in à l'entame du sommet.

Pourtant, "la Corée du Nord ne s'est pas engagée de son côté sur le démantèlement complet, vérifiable et irréversible de son programme d'armement nucléaire - réclamé de longue date par le gouvernement Trump", poursuit le magazine.

Jeu, set et match pour Kim. L'événement était inimaginable il y a encore quelques mois, alors que les deux dirigeants échangeaient presque quotidiennement insultes personnelles et menaces de guerre nucléaire.

Pour le reste, il s'agit surtout de déclarations d'intentions.

Donald Trump a évoqué la signature dans la foulée d'un document conjoint, sans plus de précision. Lorsqu'on l'a questionné sur l'absence de clauses de vérification de la déclaration commune, Trump a expliqué que son instinct était un instrument de mesure fiable et commencé un nombre inquiétant de phrases par l'expression "Je crois". Selon le texte, "les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée s'engagent à tenir la poursuite des négociations, menées par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo et un représentant haut-gradé de la RPDC, le plus tôt possible, pour mettre en place les conséquences du sommet". "Vous pouvez vous en apercevoir à chaque fois qu'ils tirent avec leurs canons dans l'océan". J'ai dit: "Regardez cette vue, ça ferait un complexe immobilier génial". "Au lieu de faire ça, vous pourriez avoir les meilleurs hôtels du monde'".

Donald Trump, évidemment pas du même avis, a claironné dans un tweet, envoyé dans la nuit de mardi à mercredi, qu'il avait réussi à empêcher une "catastrophe nucléaire".

Cette personne n'est autre que Kim Yo-jong, la sœur du leader en qui il voue une grande confiance.

Recommande: