Emmanuel Macron se fait interpeller par ses proches économistes — Politique sociale

14 Juin, 2018, 05:57 | Auteur: Aubrey Nash
  • Macron incité à rééquilibrer sa politique à gauche par ses amis économistes

A travers ce document, qui, selon Le Monde, a été adressé le 4 juin à l'Elysée, ces trois économistes font écho aux inquiétudes déjà exprimées au sein même de la majorité présidentielle, alors que l'opposition continue de décrire Emmanuel Macron comme le "président des riches". Les économistes Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, tous trois inspirateurs du programme présidentiel d'Emmanuel Macron, ont écrit au président de la République pour tenter de faire infléchir la politique du gouvernement, qu'ils jugent "déséquilibrée".

D'une manière générale, il est reproché à Emmanuel Macron "l'image d'un pouvoir indifférent à la question sociale". "Aghion, Martin et Pisani-Ferry ont écrit cette note de trois pages, intitulée 'Renforcer la dimension émancipatrice de l'action gouvernementale'".

"Si " des mesures importantes ont été mises en œuvre " depuis le début du quinquennat, comme le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés, le lancement des emplois francs le 1 avril ou la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle - " le paquet est significatif ", reconnaissent-ils -, d'autres ne sont " pas à la hauteur des ambitions initiales ". Les économistes se montrent préoccupés par "d$3 es ministres "politiques" étiquetés à droite", ils déplorent un projet qui "n'est pas porté" et regrettent que "personne ne trace le fil qui relie les réformes". Ils pointent notamment le recul sur l'ouverture des droits au chômage à tous les salariés démissionnaires et aux indépendants.

A l'heure actuelle, l'équipe ministérielle n'est actuellement pas composée "de figures capables de compenser l'image de droite véhiculée par Bruno Le Maire, Gérald Darmanin ou Edouard Philippe".

Pour tenter d'effacer cette étiquette de "président des riches", "une taxation plus lourde des très grosses successions " devrait être envisagée, préconise par exemple les économistes en espérant qu'"une telle réforme confortera le message en faveur de la mobilité sociale ".

Sur Twitter, Jean Pisani-Ferry, qui fut le coordonnateur du programme économique d'Emmanuel Macron, a indiqué qu'il ne souhaitait pas commenter la note publiée par Le Monde, sans toutefois en démentir l'authenticité. Selon différents sondages, le président est en effet bien plus populaire auprès des sympathisants de droite qu'auprès de ceux qui avaient élu François Hollande en 2012.

Recommande: