Une rencontre historique… et des questions — Sommet Trump-Kim

13 Juin, 2018, 07:13 | Auteur: Aubrey Nash
  • Une rencontre historique… et des questions — Sommet Trump-Kim

"C'est une concession majeure faite par les États-Unis mais à l'inverse, la Corée voulait uniquement une dénucléarisation, le terme utilisé est donc un compromis", indique Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique.

Il a également promis que les États-Unis suivraient de près le processus de dénucléarisation de la péninsule coréenne. "Nous allons maintenant allé signer", a-t-il ajouté, sans préciser exactement de quel type de document il s'agit.

Sur l'avenir concret de la péninsule, la rencontre s'apparente aux deux tiers à un non événement. Le 22 septembre dernier, il écrivait sur son réseau social: "Kim Jong-un de Corée du Nord, qui est clairement un fou qui ne craint pas d'affamer et de tuer son peuple, va être mis à l'épreuve comme jamais!".

De son côté, Donald Trump se différencie de ses prédécesseurs en signant un texte d'accord conjointement avec le leader nord-coréen. Quelques jours auparavant, il qualifiait Kim Jong-un d'"homme fusée" et avait menacé son pays de "destruction totale".

Donald Trump et Kim Jong-un ont bien échangé une poignée de main historique.

" Et il n'a pas eu à céder un quelconque pouce de terrain à Donald Trump sur l'exigence - qui n'a pas été formulée dans la déclaration commune - de démantèlement vérifié, complet et irréversible de ses armes nucléaires, a ajouté M. David". Les deux dirigeants ont discuté pendant environ 40 minutes.

Pour la rencontre bilatérale, Trump était accompagné par le secrétaire général de la présidence américaine John Kelly, le chef de diplomatie américaine Mike Pompeo ainsi que le conseiller à la sécurité nationale John Bolton.

C'est alors la première fois que Xi Jinping rencontre Kim Jong-un.

D'emblée, le président américain, assis à coté de son homologue nord-coréen avait déclaré: " Nous allons avoir une excellente discussion, cette rencontre sera un succès, ce sera une très bonne relation ".

Le document signé par les dirigeants équivaut en grande partie à un accord pour poursuivre les discussions et reprend essentiellement les déclarations et les engagements du passé. Les États-Unis et la Corée du Nord sont, en effet, ennemis depuis la guerre de Corée (1950-1953) et aucun président américain en exercice ne s'était jusque-là entretenu avec un dirigeant nord-coréen.

Dans son premier compte rendu du sommet de Singapour, l'agence KCNA a estimé que cette rencontre sans précédent ouvrait la voie à "un tournant radical": "Kim Jong Un a invité Trump à effectuer une visite à Pyongyang à un moment opportun et Trump a invité Kim Jong Un à venir aux Etats-Unis".

Recommande: