Veille d'un sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong-un — Singapour

12 Juin, 2018, 03:40 | Auteur: Sue Barrett
  • L'artiste Sudarshan Pattnaik termine une sculpture de sable représentant le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 11 juin 2018 avant le sommet de Singapour. Ph. AFP

Selon le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, les chances de réussite sont grandes pour que cette rencontre entre le président américain et le dirigeant nord-coréen aboutisse à des avancées substantielles.

L'invitation à Pyongyang est contenue dans la lettre qui a été remise par le principal assistant de Kim Jong-un Kim Yong Chol au président américain Donald Trump le 1er juin dernier à Washington, a précisé le journal Chosun Ilbo, citant ses sources d'informations confidentielles.

Le tête-à-tête entre les deux hommes, absolument inimaginable il y a quelques mois lorsqu'ils étaient engagés dans une surenchère verbale faisant craindre le pire, est prévu mardi matin dans un hôtel de luxe de la cité-État asiatique. Premier président américain en exercice à négocier en direct avec un héritier de la dynastie des Kim, Donald Trump a atterri à Singapour à bord d'Air Force One peu avant 20h30 (14h30 en Belgique).

"Je pense que cela va très bien se passer", a-t-il déclaré à l'occasion d'un déjeuner de travail avec le premier ministre singapourien Lee Hsien Loong.

Pour ne pas braquer Washington et éviter un retour aux tensions de la fin 2017, Kim Jong-un devrait accepter un objectif lointain et vague de dénucléarisation de la péninsule coréenne, tout en réclamant une normalisation progressive de ses relations avec les Etats-Unis et un assouplissement du régime de sanctions économiques qui étouffe son pays. " La Corée du Nord n'est pas prête à lâcher l'assurance ultime de sa sécurité et veut plutôt une approche action par action où les deux parties progresseraient par étapes", résumaient, dans une note, les analystes de l'International Crisis Group.

Ce faisant, Pékin a aussi pu vouloir se rappeler au bon souvenir de la Corée du Nord comme des Américains et souligner qu'aucun réglement de la question nord-coréenne ne peut se faire sans son aval. Mais alors que son administration laissait miroiter un accord historique le 12 juin, elle s'est dernièrement évertuée à faire retomber les attentes, évoquant le début d'un "processus" inédit.

Kim Jong-un quittant Pyongyang pour rejoindre Singapour.

Recommande: