Des élus français protestent contre la venue de Médine au Bataclan

12 Juin, 2018, 02:29 | Auteur: Sue Barrett
  • Médine sur la scène du Magic Mirrors au Havre en avril dernier pour la présentation de  Storyteller , son dernier album

" Allons-nous laisser l'extrême droite dicter la programmation de nos salles de concerts voire plus généralement limiter notre liberté d'expression?"

Le rappeur français avait fait polémique en janvier 2015 avec son titre Don't Laïk et des paroles comme "crucifions les laïcards comme à Golgotha" et "j'mets des fatwas sur la tête des cons".

Alors que ces derniers voyaient dans son concert une insulte faite à la mémoire des victimes des attentats du 13-Novembre, ce dernier a d'abord voulu "lever toute ambiguïté" et a renouvelé ses "condamnations passées à l'égard des abjects attentats du 13 novembre 2015 et de toutes les attaques terroristes", assurant au passage son "profond soutien" aux victimes et à leurs proches.

Au coeur d'une polémique autour de sa programmation dans la tristement célèbre salle de spectacle, le rappeur a répondu à ses détracteurs, lundi 11 juin, dans un post sur Twitter.

Une pétition contre la tenue des concerts les 19 et 20 octobre a été lancée sur change.org par un ex-délégué local du FN dans les Alpes-de-Haute-Provence (sud-est).

Une demande relayée ce week-end par des élus de droite et d'extrême droite. "Je me revendique de cet esprit outrancier, satirique au nom de la liberté d'expression pour pouvoir blasphémer une valeur lorsqu'elle est dévoyée".

Médine sur la scène du Magic Mirrors au Havre en avril dernier pour la présentation de  Storyteller , son dernier album
Médine sur la scène du Magic Mirrors au Havre en avril dernier pour la présentation de Storyteller, son dernier album

"Au #Bataclan, la barbarie islamiste a coûté la vie à 90 de nos compatriotes". De Marine Le Pen à Eric Ciotti en passant par Jean-François Copé, tous ont appelé à faire barrage à la venue du rappeur sur la scène du Bataclan. "Le sénateur LR de Vendée, Bruno Retailleau, dénonce une " provocation inadmissible ".

"Laurent Wauquiez estime que la programmation de Médine au Bataclan est un " sacrilège pour les victimes " et un " déshonneur pour la France".

"Une telle interdiction offrirait une formidable occasion à ce rappeur de s'ériger en victime de la censure", a argué pour sa part le mouvement laïque Printemps républicain, tout en interpellant les programmateurs: "Nous nous interrogeons néanmoins sur la responsabilité de la direction de la salle [.] Dans un tel lieu de mémoire, la logique purement commerciale ne peut s'imposer, seule, quant au choix des artistes invités à se produire sur scène".

Contactée par Les Inrocks, Life for Paris, qui représente 700 victimes des attentats du 13 novembre, majoritairement des rescapés, développe sa position: "Le Bataclan a été aussi victime de l'attentat: au moins un personnel de la salle a été touché".

L'extrême droite cherche "à instrumentaliser la douleur des victimes et de leur famille".

Recommande: