Compte de campagne: Macron a-t-il été privilégié?

12 Juin, 2018, 09:57 | Auteur: Sue Barrett
  • Nouvelles révélations sur des

Plus tôt en mai, la CNCCFP avait estimé que les remises obtenues par l'équipe Macron auprès de prestataires de services étaient "acceptables" et ne constituaient "pas des participations illicites au financement" de cette campagne.

Cette soirée, organisée le 8 mars 2017 et consacrée à l'égalité hommes-femmes, a été dans le viseur de la cellule d'investigation de Franceinfo: " Ce soir-là, le Théâtre Antoine a été facturé 3 000 euros au candidat Emmanuel Macron.

"Nous n'avons pas failli", a affirmé François Logerot, président de la Commission nationale des comptes de campagne, ce matin sur France info, répondant aux accusations de ristournes dont Emmanuel Macron aurait bénéficié pendant sa campagne.

Ces informations surviennent après d'autres révélations de presse en mai. L'établissement appartient par ailleurs à Jean-Marc Dumontet, qui avait publiquement soutenu Emmanuel Macron lors de la présidentielle. Et d'accuser François Logerot, le président de la commission, de " mentir " en déclarant que le candidat aurait " refusé de répondre " à une quelconque question.

"Aujourd'hui, on cherche à tout prix à chercher des problèmes quand il n'y en a pas", a de son côté réagi Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education.

Ce nouveau développement dans les affaires de comptes de campagne, qui concernent plusieurs candidats, intervient la semaine où est lancée une enquête sur un possible conflit d'intérêts visant le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler. " Je demande la révision de tous les comptes, dont le mien par une équipe rénovée et professionnelle, débarrassée des incapables, des partisans et des aigris qui ont pourri le travail de cette prétendue commission indépendante ", a lancé le chef de file des députés LFI dans un billet de blog. Mais pour Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, les comptes de campagne d'Emmanuel Macron "ont été ceux, parmi les grands candidats, les moins réformés, puisqu'il y a 120 000 euros de réformation (correction dans les comptes, NDLR)".

"Un compte de campagne de l'élection présidentielle, ce sont des milliers de fiches de dépenses ou de recettes, ça peut aller jusqu'à 70.000", a-t-il plaidé, faisant valoir le délai limité - six mois - accordé aux rapporteurs. Il a rappelé, sur France Inter, que Jean-Luc Mélenchon avait "eu 450 000 euros de réformation" et Marine Le Pen "870 000 euros".

Recommande: