Washington accuse le Canada de "trahison" après le fiasco du G7

11 Juin, 2018, 03:13 | Auteur: Aubrey Nash
  • Au G7 débuts prudents pour Giuseppe Conte adoubé par Trump

"Le cabinet de Justin Trudeau a répondu de façon laconique au sabordage du sommet du G7 par le président Donald Trump, qui a retiré son soutien au communiqué final après des propos du Premier ministre canadien sur les droits de douanes américains".

Sa délégation et lui-même avaient pourtant donné leur aval à ce document en 28 points péniblement négocié par le "Groupe des sept" (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon).

Le porte-parole du Premier-Ministre du Canada a réagi samedi soir aux déclarations du président Donald Trump en soulignant que " Nous sommes concentrés sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet # G7, ajoutant que le premier ministre n'a rien dit de nouveau, tant en public qu'en privé, avec le président". Pire, le semblant d'entente entre les Etats-Unis et les autres puissances mondiales risque de connaître un nouvel épisode difficile.

Les Français avaient mentionné plus tôt dans la journée une idée d'Angela Merkel de proposer à Donald Trump un cadre d'examen des différends commerciaux entre l'Union européenne et les Etats-Unis afin que ces derniers réexaminent leur décision d'imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium exportés par les Européens et d'éviter que d'autres secteurs comme l'automobile soient frappés. Le président français Emmanuel Macron a lui prévenu, lors de sa propre conférence de presse à La Malbaie, qu'il n'y avait "pas de changement" en ce qui concerne les contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaine, en riposte aux taxes américaines sur l'acier et l'aluminium. "C'est très malhonnête et faible ", a-t-il écrit sur Twitter.

Le président américain, la tête à sa rencontre mardi prochain à Singapour avec le leader nord-coréen Kim Jong Un, est ainsi arrivé avec plus d'un quart d'heure de retard samedi pour un petit-déjeuner de travail consacré à l'égalité entre les sexes. "Nos tarifs sont une réponse à ses tarifs de 270% sur le lait!" "On a passé deux jours à avoir un texte et des engagements". Mais dans la nuit, Donald Trump a déclaré vouloir se désolidariser du communiqué, suite à des propos de Justin Trudeau.

Donald Trump a jeté le trouble sur les efforts des dirigeants du G7 d'afficher un front commun sur le commerce samedi.

Taxes. Retour sur trois mois de tensions avec les États-Unis
Au G7, débuts prudents pour Giuseppe Conte, adoubé par Trump

"Les Canadiens sont polis et raisonnables, mais nous ne nous laisserons pas bousculer", a déclaré le Premier ministre, qui avait auparavant loué le consensus trouvé par les sept. Un texte qui ne résolvait pas le conflit en cours, mais qui était salué par tous comme un pas vers la désescalade et le dialogue. "Soyons sérieux et dignes de nos peuples", a indiqué l'Elysée.

Le président américain a engagé un bras de fer avec ses homologues sur plusieurs dossiers: commerce, nucléaire iranien et environnement.

A La Malbaie, le G7 a rejeté la proposition de Donald Trump de réintégrer dans le club la Russie, exclue en 2014 en raison de l'annexion de la Crimée, appelant Moscou à cesser de "saper les systèmes démocratiques".

L'attitude du président américain n'a pas tardé à provoquer des réactions ulcérées de la France et de l'Allemagne.

Dans l'immédiat, la Russie est plutôt occupée à accorder ses violons avec la Chine et l'Iran: les chefs d'Etat des trois pays se rencontrent en Chine à l'occasion de la réunion annuelle de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Recommande: