Malte refuse d'accueillir un navire avec plus de 600 migrants

11 Juin, 2018, 12:59 | Auteur: Lynn Cook
  • Italie: le ministre de l'Intérieur interdit à un bateau humanitaire de débarquer des migrants dans le pays

Selon le journal La Repubblica, M. Salvini a envoyé une lettre aux autorités maltaises dans laquelle il écrit qu'il se verrait "contraint de fermer les ports italiens", si 629 migrants secourus par l'ONG française SOS Méditerranée n'étaient pas autorisés à se rendre à La Valette, la capitale de l'île de Malte.

Une embarcation s'est notamment brisée en pleine nuit, et des migrants tombés à l'eau ont été sauvés in extremis.

A bord se trouvent notamment 123 mineurs non accompagnés, onze enfants et sept femmes enceintes.

SOS Méditerranée indique ne pas avoir été officiellement prévenue de cette décision par les autorités italiennes, mais l'avoir appris par les medias transalpins.

Selon un tweet de SOS Méditerranée France, "l'#Aquarius a reçu l'instruction du Centre de coordination des secours maritimes italien (IMRCC) de rester en stand-by à sa position actuelle, soit 35 milles nautiques de l'#Italie et 27 milles nautiques de #Malte".

L'Aquarius, un navire de l'ONG SOS Méditerranée, a recueilli 629 migrants au cours de six opérations distinctes dans la nuit de samedi à dimanche. Le navire de SOS Méditerranée est pour l'heure bloqué entre Malte et la Sicile.

Malte réagissait à la demande présentée ce 10 juin par le gouvernement italien dans un communiqué conjoint du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini et du ministre des Infrastructures et des Transports Danilo Toninelli, responsable de la surveillance des côtes italiennes. Joseph Muscat s'est entretenu au téléphone avec le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte. Un porte-parole maltais a déclaré que les sauvetages en question avaient eu lieu dans la zone de recherche et de sauvetage libyenne et dépendaient du centre de coordination des secours de Rome. Depuis qu'il a pris ses fonctions, le vice-Premier ministre italien a multiplié les déclarations sur la crise migratoire que connaît l'Italie depuis plusieurs années.

Le ministre de l'Intérieur et patron de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a confirmé lundi sur Twitter qu'il n'entendait pas plier: "sauver des vies est un devoir, transformer l'Italie en un énorme camp de réfugiés, non".

Rome accuse La Valette de ne pas prendre sa part dans l'accueil des migrants. Vendredi, il a demandé à l'OTAN de défendre l'Italie qui, a-t-il dit, est "attaquée depuis le sud".

Ce qui signifiait, selon lui, que Malte n'avait aucune obligation de prendre en charge ces migrants.

"Si quiconque pense que nous n'allons pas bouger un muscle alors que nous subissons un autre été de débarquements, de débarquements et encore de débarquements, eh bien ce n'est pas ce que je vais faire", avait-il déclaré à des journalistes.

Depuis 2013, l'Italie a vu débarquer quelque 700 000 migrants clandestins sur ses côtes.

"Si un ministre sans coeur laisse les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées, les êtres humains mourir en mer, le port de Naples est prêt à les accueillir".

Recommande: