G7: Trump retire son soutien à la déclaration finale

11 Juin, 2018, 01:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Yves Herman  Reuters

"Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a agi de façon si docile et si douce pendant notre rencontre du G7 (...) pour dire ensuite qu'il ne se laisserait pas bousculer". Lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s'est tenu pendant deux jours dans la ville portuaire de Qingdao (est de la Chine), Xi Jinping a souhaité la " bienvenue " à deux nouveaux venus, l'Inde et le Pakistan, au sein du bloc créé en 2001.

Le tweet de Donald Trump rend de facto caduque la déclaration commune sur le commerce grâce à laquelle le "Groupe des sept" (Etats-Unis, Canada, Italie, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon) avait tenté de sauver la face.

Donald Trump, qui a écourté samedi sa participation au sommet des pays du G7 au Canada, a réclamé de ses pairs une modification des règles du jeu régissant le commerce international qui, a-t-il dit, exploite les Etats-Unis. Il a également qualifié le dirigeant canadien de "très malhonnête et faible" pour avoir jugé les tarifs américains "insultants".

Il s'en est pris au Premier ministre canadien Justin Trudeau et a laissé entendre que les Etats-Unis pourraient imposer des droits de douane sur les voitures importées. Un secteur qui pèse bien plus que les deux métaux jusqu'à présent frappés.

Donald Trump a jeté le trouble sur les efforts des dirigeants du G7 d'afficher un front commun sur le commerce samedi. Le cabinet de M. Trudeau s'est contenté de rappeler que le Premier ministre n'avait fait que répéter, durant sa conférence de presse, des propos déjà prononcés auparavant.

L'Elysée a dénoncé les "colères et petits mots". "On a passé deux jours à avoir un texte et des engagements".

En raison des " fausses déclarations " de Justin Trudeau, et du fait que le Canada facture des tarifs " massifs " imposés aux fermiers américains par le Canada, Donald Trump a ordonné aux représentants américains de ne pas ratifier le communiqué final.

La Russie n'a pas l'intention de réintégrer le G8, étant satisfaite de travailler avec le format du G20, a indiqué samedi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, au lendemain d'un appel de Donald Trump en ce sens. L'Allemagne est particulièrement inquiète: les automobiles représentent en valeur le quart de ce que le pays exporte vers les Etats-Unis.

Un commentaire en complet décalage avec le compte rendu d'une source au sein de la délégation française qui a qualifié d'"extraordinaire" et "inhabituelle" la discussion que les chefs d'Etat ou de gouvernement ont eue vendredi sur la question des droits de douane. Quitte à déclencher une guerre commerciale ouverte, comme le montre sa menace réitérée de taxer les importations de voiture. Aux Etats-Unis, les Audi, Volkswagen et autres voitures étrangères sont frappées d'une taxe de 2,5%. Et interrogé sur les dernières attaques de Donald Trump avant de quitter le sommet sur la querelle commerciale avec le Canada, il a déclaré: " Nous sommes fermes, nous sommes polis, mais nous n'allons pas nous laisser éclipser par d'autres ".

Elle a ajouté qu'une position commune du G7 sur le commerce ne signifierait pas qu'il n'y a pas de divergences entre l'Europe et les Etats-Unis. Emmanuel Macron a lui prévenu qu'il n'y avait "pas de changement" en ce qui concerne les contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaines.

Donald Trump a estimé vendredi que son sommet de mardi avec Kim Jong Un était une "occasion unique" d'arriver à un accord sur le nucléaire avec la Corée du Nord, qui selon lui "travaille très bien" avec les Etats-Unis.

Recommande: