Blocage des raffineries Total : les raisons de la colère des agriculteurs

11 Juin, 2018, 02:14 | Auteur: Aubrey Nash
  • Huile de palme: à la raffinerie de La Mède une mobilisation pour le symbole

"Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d'importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu'on nous impose", explique à l'AFP Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA.

A l'appel du premier syndicat agricole FNSEA, 14 sites stratégiques sont menacés de blocages, et ce pour trois jours reconductibles.

Les 13 sites qui seront bloqués sont ceux de Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville l'Orcher, Dunkerque (Nord), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Grandpuits (Seine-et-Marne), Vatry (Marne), Strasbourg, Cournon (Puy-de-Dôme), Lyon et Feyzin (Rhône), La Mède (Bouches-du-Rhône) et Toulouse.

Une pénurie de carburant n'est pas à craindre dans l'immédiat.

Jusqu'à 300.000 tonnes par an d'huile de palme, produit hautement controversé car accusé de favoriser la déforestation en Asie du Sud-Est, doivent être importées pour alimenter la bioraffinerie de La Mède dès cet été. L'agriculture française fait valoir de son côté, sa capacité à fournir des huiles de tournesol ou de colza. "Si la société Total a intérêt à faire du biocarburant mais qu'elle ne le fait pas à partir de colza qu'elle peut trouver en France, c'est qu'elle l'achète moins cher et que c'est économiquement plus rentable pour elle" proteste Damien Greffin, le président de la FNSEA en Île-de-France. Alors que la loi Alimentation doit être examinée au Sénat après avoir été adoptée en première lecture à l'Assemblée, ils réclament notamment qu'y soit ajouté un amendement prévoyant l'interdiction d'importer toute denrée produite à l'aide de substances phytosanitaires interdites dans l'Union européenne.

Les paysans espèrent aussi le soutien des consommateurs, en dénonçant les effets sur le contenu des assiettes d'accords commerciaux internationaux, comme le CETA signé avec le Canada et l'accord Mercosur en cours de négociation avec quatre pays d'Amérique latine. Car la France compte au total sept raffineries en activité ainsi que 200 dépôts de carburant, dont environ 90 dépôts principaux.

Le blocage des raffineries et dépôts a donc été décidé pour ce lundi 11 juin, mais il pourrait commencer dès dimanche soir. Et l'Etat dispose de stocks stratégiques pour trois mois.

Recommande: