Société. Devant son public parisien, Cantat dénonce les "censures"

10 Juin, 2018, 10:23 | Auteur: Sue Barrett
  • Cantat programmé au Zénith après l'annulation de ses concerts à l'Olympia

Jeudi soir, pour son unique concert parisien sur la scène d'un Zénith à moitié rempli, Bertrand Cantat a rapidement enchaîné les critiques, alors que sa tournée a connu de nombreuses annulations et manifestations. Jeudi 7 juin lors de son concert, il a tenu a adressé un message aux militants, aux journalistes et à ses détracteurs: "ceux qui ne sont pas là pour des bonnes raisons (...) Vous avez quelque chose contre moi. Si certains sont en train de jubiler, il y a aucune limite à quel point je vous emmerde.", a lancé le chanteur de 54 ans. Une quinzaine de manifestants brandissaient des banderoles comme "Pas d'honneur pour les tueurs" ou "Marie Trintignant ne sera plus jamais applaudie", d'autres des photos de l'actrice morte sous les coups de son compagnon. Les premiers concerts ont fait couler beaucoup de salive et d'encre autour de l'éternelle question consistant à se demander si, une fois sa peine accomplie (sans geste de clémence particulier), Bertrand Cantat pouvait, ou non, reprendre une vie normale de "rock star". "Je pars du principe que le droit à l'oubli c'est important". Un appel similaire avait conduit l'Olympia, salle mythique du centre de Paris, à annuler les deux concerts de Cantat prévus le 29 et 30 mai, par crainte de "risques sérieux de troubles à l'ordre public". "C'est son métier de chanter, c'est ça qu'on oublie", affirme Camille, 28 ans. Pour avoir battu à mort Marie Trintignant en 2003, le chanteur a été condamné à huit ans de prison. À Grenoble, à la mi-mars, il avait été accueilli par les cris " assassin! Une tournée amputéeSoutenu par cinq musiciens, Bertrand Cantat a donc pu produire deux heures de show face à un public conquis. Daniel Colling, en tant que responsable du Printemps de Bourges, avait programmé le rappeur Orelsan quand d'autres festivals y avaient renoncé en 2009 après une polémique sur certains textes jugés violemment misogynes. La promotion du disque s'est faite sur fond de polémique à la suite d'une couverture des Inrocks consacrée au chanteur en octobre, en plein séisme Weinstein.

Une "une " dont Cantat s'est excusé sur Facebook. "Il y évoquait aussi son " droit à la réinsertion " et le " droit à exercer [son] métier", tout en renouvelant sa " compassion la plus sincère, profonde et totale à la famille et aux proches de Marie [Trintignant] ". La justice bordelaise a confirmé cette semaine effectuer de nouvelles vérifications sur un autre dossier, le suicide de son ex-femme en 2010, tout en précisant que cela ne devrait pas "remettre en question" les premières conclusions qui avaient mis hors de cause le chanteur.

Recommande: