Lactalis : le rapporteur de la commission d'enquête a trouvé les réponses "vagues"

10 Juin, 2018, 12:26 | Auteur: Aubrey Nash
  • Lactalis étonnamment peu de salmonelloses hors de France

Le président de Lactalis est attendu jeudi à l'Assemblée Nationale pour son audition devant les députés sur l'affaire du lait contaminé.

Emmanuel Besnier affirme qu'avant le 1décembre 2017, date de découverte de la bactérie sur le site Lactalis de Craon (Mayenne) par le ministère de la Santé, " nous n'avions pas connaissance de la présence de salmonelles ". Et ils ne l'ont pas ménagé.

"C'est insupportable de vous entendre", a estimé de son côté le député MoDem Richard Ramos, reprochant au patron de Besnier d'avoir refusé de rencontrer l'association des familles de victimes. L'usine de Craon a été remise en route fin mai pour des tests qui précéderont un redémarrage de la production d'ici à l'été, une décision qui a provoqué l'exaspération de l'association des familles de victimes.

"L'arrêté du préfet qui interdit la production dans cette usine est un arrêté qui interdit la production de lait infantile, comme par hasard, on reprend la production sur du lait pour adulte. On pense qu'il s'agit d'une trahison de l'Etat et d'un tour de passe de Lactalis pour reprendre la production".

Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu un lait infantile des marques Picot et Milumel. Les causes de la maladie de deux autres nourrissons sont encore recherchées. Cette alerte a contraint à retourner en urgence tous les produits contenant du lait infantile provenant de l'usine Lactalis établie à Craon, en Mayenne. La contamination dans l'usine s'explique par des "travaux réalisés courant 1er semestre 2017", selon l'entreprise. Mais le site avait déjà subi une contamination à la salmonelle en 2005.

7 juin - Emmanuel Besnier, patron de Lactalis, est auditionné par une commission d'enquête parlementaire.

Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui", "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit" préjudiciable à la santé.

Les enseignes Leclerc, Auchan, Système U, Carrefour et Casino reconnaissent avoir continué à vendre du lait infantile de Lactalis malgré les rappels. Une association annonce des "centaines" de plaintes de parents en France contre le groupe. Tous ont d'abord critiqué le fait qu'Emmanuel Besnier lise des notes pour répondre à leurs questions.

Mais le ton est assez vite monté entre les deux parties, les parlementaires revenant sur la tentative de Lactalis d'interrompre les travaux de la commission fin avril, avançant l'existence simultanée d'une enquête judiciaire.

Les sénateurs tirent les leçons de l'affaire avec 17 propositions pour améliorer les contrôles sanitaires et procédures de retrait de produits.

Recommande: