Et malgré tout, Macron et Trump ont une "discussion cordiale" au G7

10 Juin, 2018, 00:39 | Auteur: Sue Barrett
  • Macron et Trudeau plaident pour

Au côté de Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, il a affirmé que la relation américano-canadienne n'avait "jamais été aussi bonne" et qu'il pensait que les sept se mettraient d'accord sur un communiqué conjoint, sans donner aucune indication spécifique sur un éventuel terrain d'entente.

"Ils ont expulsé la Russie, ils devraient réintégrer la Russie. Parce que nous devrions avoir la Russie à la table des négociations", a déclaré Donald Trump, fidèle à sa position selon laquelle Moscou ne peut être simplement ignorée dans les grands dossiers internationaux. "Un retour de la Russie dans le format G7 n'est pas possible tant que nous ne verrons pas de progrès substantiels en relation avec le problème ukrainien", a déclaré Angela Merkel.

Il faut que la réponse de l'UE soit "proportionnée" et en accord avec les règles de l'OMC, a dit la Première ministre britannique Theresa May, qui appellera lors du G7 à un commerce plus libre et plus équitable. La Russie avait été exclue en 2014 après l'annexion de la Crimée, après seize ans d'appartenance au groupe. Donald Trump a retourné l'accusation de protectionnisme contre l'Union européenne et le Canada, sur les produits laitiers, l'agriculture ou les barrières non-tarifaires auxquels se heurteraient les produits américains, dénonçant à nouveau des échanges "inéquitables". Le président américain a rendez-vous mardi avec Kim Jong Un à Singapour.

Emmanuel Macron, qui avait multiplié les signes d'amitié envers le président américain lors d'un récent déplacement à Washingon, adopte désormais un ton plus sec.

Lorsqu'un journaliste de Quotidien a demandé aux dirigeants qui gagnait le bras de fer entre eux, Donald Trump a répondu: "Il serait très dur à battre (.) C'est mon ami", en pointant du doigt un Emmanuel Macron tout sourire.

Dans un autre message posté sur le réseau social, le président américain écrit: "Merci de dire au premier ministre Trudeau et au président Macron qu'ils imposent aux États-Unis des taxes massives (.)", ajoutant: "Hâte de les voir demain".

Mais sur la question du commerce, reste à savoir jusqu'où iront le Japon, qui tente par ailleurs de ne pas être marginalisé dans les négociations entre Washington et la Corée du Nord, ainsi que le nouveau gouvernement italien populiste et l'Allemagne, plus exposées aux représailles commerciales que d'autres Européens.

En amont de ce sommet, Donald Trump a aussi mis en place des taxes douanières visant l'Union européenne, le Canada et le Mexique. Mais c'est le commerce qui occupera véritablement les débats.

Vendredi, après les habituels déjeuner de travail, photo de famille, séances de groupe et rencontres bilatérales, les sept dirigeants dîneront dans l'intimité d'un chalet québécois typique.

Manifestation anti-G7 déclarée illégale vendredi dans BeauportMost G7 protestors have begun dispersing, but hundreds of riot police remain on standby in case violence erupts. D'autres manifestations sont prévues à Québec, à 140 km de La Malbaie. Mais les dirigeants européens présents au sommet, dont Giuseppe Conte, réunis séparément dans une démonstration d'unité, se sont rapidement entendus sur une position commune: "les Européens sont unanimement opposés au retour de la Russie... mais ouverts à un " dialogue " avec Vladimir Poutine, selon l'Élysée".

Samedi, le suspense diplomatique concernera la traditionnelle déclaration finale du sommet.

Recommande: