Kevin tué dans un guet-apens amoureux — Marne

08 Juin, 2018, 03:44 | Auteur: Lynn Cook
  • L'entrée du parc du Bois des soeurs à Mourmelon-le Grand, lieu où Kévin a trouvé la mort samedi 2 juin a depuis été fleuriepar ses proches et des anonymes

Les deux amants diaboliques de 17 ans ont été mis en examen mercredi 6 juin pour l'assassinat de Kevin, 17 ans lui aussi. Dans la matinée, une adolescente, qui était la petite amie de la victime, a également été placée en garde à vue. C'est d'ailleurs avec un couteau de l'armée américaine datant de la seconde guerre mondiale qu'il a tué Kevin samedi.

"Si la participation du jeune garçon semble relativement cernée, celle de la jeune fille et son rôle méritent d'être encore largement précisés", a ajouté le procureur, soulignant que l'instruction devrait affiner leur rôle et profil psychologique.

Mais les enquêteurs ont vite eu des doutes quant à la véracité de la version de la jeune fille. Une ruse qui a permis de leurrer dans un premier temps les policiers, puisque Marine avait décrit l'agresseur comme un homme de type maghrébin âgé de 25 à 30 ans, alors qu'aucun autre témoin n'avait aperçu ce soi-disant suspect. Le meurtrier, se tenait à proximité, habillé en treillis et est passé à l'action: "Kevin a été attiré par elle dans le parc pour un flirt entre adolescents", témoigne une source judiciaire au Parisien. "L'altercation redouble alors et le jeune se prend des coups de couteau dans le dos", relate le parquet de Châlons-en-Champagne.

Sur les réseaux sociaux, l'expression "homme de peau basanée" avait ensuite été remplacée par "couleur de peau mate".

En garde à vue, "le jeune reconnaissait être l'auteur" des coups mortels et "avoir préparé et organisé le meurtre avec la complicité active de O. trois ou quatre jours avant", en simulant le vol de son sac, a expliqué le magistrat. Le meurtrier voulait reconquérir son ancienne petite amie. Pour se "débarrasser" de son rival, il avait tout prévu. Les gendarmes y ont découvert l'arme du crime et des vêtements ensanglantés portant l'ADN de la victime. Selon Le Parisien, il s'était renseigné sur comment procéder pour tuer avec un couteau auprès d'une association historique et sur la façon dont les enquêteurs réalisent un portrait-robot. Sa devise sur son compte Instagram en dit long: "faites la guerre, pas l'amour". Elle est décrite comme "un peu instable", mais "sans méchanceté".

Kévin a été tué samedi 2 juin dans un parc de Mourmelon-le-Grand, une petite commune de la Marne.

Recommande: