"Autodétruit", le fils Foé jugé à Lyon — Cameroun

08 Juin, 2018, 08:58 | Auteur: Sue Barrett
  • Football- Alexis Danjon- Marc Vivien Foé est mort à Lyon en 1998

Il y a quinze ans, le 26 juin 2003, son père, le célèbre milieu défensif camerounais Marc Vivien Foe perdait brutalement la vie à Lyon, foudroyé par une crise cardiaque lors d'une finale de la Coupe des Confédérations.

Le fils de Marc-Vivien Foé devant la cours d'assises de Lyon Marc Foé est accusé de vol avec arme et de séquestration. Marc Foé a reconnu avoir attaqué le prêtre, avec Sofiane Bardot, 20 ans, son complice présumé, à la recherche d'un coffre-fort situé dans le presbytère. Mis en fuite par une alarme sans avoir trouvé ce qu'il cherchait, il a été interpellé par la gendarmerie alors qu'il venait rechercher l'arme qu'il avait oubliée. Il risque 30 ans de prison.

Comme sa maman et son avocat l'ont soutenu, Marc Foé a affirmé avoir été profondément marqué par le décès de son père, diffusé en direct à la télévision. Il avait huit ans. "Je n'ai jamais vu Scott agressif à la maison ", témoignage Marie-Louise Foé, 42 ans, à la barre, en utilisant le second prénom anglophone de son fils "pour faire la différence avec son père ".

Né à Lille, le jeune homme a été ballotté d'un pays à l'autre, d'une école à l'autre, en suivant la carrière de son père.

Un psychologue a expliqué devant le juge la grosse pression qui a laquelle a été soumise l'accusé, obligé, selon lui, de choisir le rugby plutôt que le footballeur en sport d'étude pour taire les constantes comparaisons avec son père. "Je n'ai pas supporté la mort de mon père; je me suis autodétruit ", a confié Marc Foé à un psychologue. Il aurait également subi une trop forte pression de la part de sa mère qui voulait absolument lui faire suivre des études pour assurer sa réussite. Après un coma, il a gardé des séquelles persistantes, avec la pose d'une prothèse en titane à la place des os du front. Cette dernière n'a pas caché son désarroi de le voir impliqué dans l'agression d'un religieux, alors qu'il avait lui-même été victime et qu'elle fréquentait l'église de la victime.

Après une longue période de rééducation, Marc Foé a commis plusieurs actes de délinquance dans la région lyonnaise, où réside sa mère.

" Il est perdu, il n'arrive pas à retrouver son chemin", rapporte la presse française des propos de Marie-Louise Foe. Le verdict sera rendu ce mercredi.

Recommande: