Donald Trump confirme la tenue de sa rencontre avec Kim Jong-Un

05 Juin, 2018, 09:26 | Auteur: Aubrey Nash
  • Un général nord-coréen sur le point d'effectuer une rare visite aux Etats Unis

Il s'agit de la première visite en Corée du Nord de M. Lavrov depuis 2009, selon Tass. Il se serait focalisé sur la coordination finale de l'ordre du jour de la rencontre historique entre Kim Jong-un et Donald Trump.

Cette missive fait suite à la lettre ouverte de Donald Trump à Kim Jong Un, dans laquelle il annulait, la semaine dernière, la rencontre de Singapour en dénonçant " l'hostilité " de Pyongyang, tout en laissant la porte ouverte à une reprise du dialogue.

Mike Pompeo et le général Kim doivent se retrouver jeudi à 09H00 (13H00 GMT) pour de nouveaux entretiens.

"Bon diner de travail avec Kim Yong Chol à New York ce soir". Un des plus hauts dirigeants nord-coréens est en route vers les Etats-Unis pour une rarissime visite afin de préparer ladite rencontre. Il a reçu une autorisation spéciale pour se rendre aux Etats-Unis.

La Corée du Nord a proposé ce vendredi à son voisin du Sud de commémorer sur son sol le 18e anniversaire du sommet historique organisé en 2000 entre les deux parties de la péninsule, a-t-on appris auprès d'un responsable sud-coréen. Et donc d'en accélérer les préparatifs.

"Nous confirmons notre attachement à la coopération la plus étroite possible avec la Corée du Nord au nom du règlement de toutes les tâches bilatérales et internationales", a-t-il ajouté. Ces autres discussions, qui se sont poursuivies mercredi, ont été "positives", a assuré Sarah Sanders, "et on va continuer à aller de l'avant avec eux". Oui.et non. Le président américain doit encore convaincre le leader nord-coréen de faire bouger ses positions.

Le président syrien Bachar al-Assad désire rencontrer Kim Jong-un, a annoncé dimanche un quotidien nord-coréen.

Ce n'est pas la première fois que Kim Yong-chol rencontre avec Mike Pompeo. Dans leur déclaration dite de Panmunjom, ils s'étaient entendus pour travailler à une péninsule coréenne dénucléarisée et à la fin officielle de la guerre qui a opposé les deux pays de 1950 à1953.

Dans un nouveau geste de détente, Donald Trump a récusé vendredi l'expression " pression maximale " qu'il utilisait jusqu'ici pour décrire sa politique à l'égard de la Corée du Nord, et promis qu'il n'imposerait pas de nouvelles sanctions pendant les négociations.

À ce titre, Trump rappelle que Kim Jong-un et lui-même ne vont "pas signer quelque chose le 12 juin", et qu'il est uniquement question d'"entamer un processus".

Recommande: