Lancement de la première campagne de vaccination contre Ebola > Regionale.info — RDC

26 Mai, 2018, 01:24 | Auteur: Jonathan Ford
  • Virus Ebola : Eurêka ! pour des chercheurs montpelliérains

Depuis la déclaration de cette épidémie dans la province de l'Equateur, la communauté internationale et des bailleurs de fonds sont tous mobilisés pour arrêter sa circulation.

A ce jour, 49 cas d'Ebola sont surveillés dont 22 confirmés, 21 probables et 6 cas suspects, signale-t-on. Surtout, la très importante épidémie d'Afrique de l'Ouest force désormais les experts à une vigilance encore plus soutenue. Elle a, en outre, encouragé les efforts des autorités locales et des partenaires internationaux qui, avec la participation des communautés locales, essaient de limiter la propagation et d'assurer la sécurité et la santé de la population.

Peter Salama, directeur du programme de gestion des situations d'urgence de l'OMS, a déclaré: " J'ai expliqué hier que d'un point de vue de la réponse épidémiologique nous sommes sur le fil du rasoir: on va savoir dans les prochaines semaines si cette flambée va s'étendre à d'autres régions ou si nous sommes en mesure de la contenir.

Pour sa part, la Caritas congolaise est à pied d'œuvre depuis le début de l'épidémie. Le déploiement de ces stratégies, actuellement en discussion par les autorités de la RDC et l'OMS, dépend de la caractérisation du virus responsable de l'épidémie. "Des chiffres non pas obtenus contre placebo, pour d'évidentes raisons éthiques, mais lors d'une campagne de vaccination dite en ceinture, dans laquelle les personnes entrées en contact direct avec un malade diagnostiqué, ainsi que leurs propres contacts (soit deux degrés de séparation) étaient vaccinés ". Aujourd'hui, l'OMS communique en temps réel les informations et expose son plan de bataille. "À ce propos, nous comptons sur l'implication des prêtres, religieux et religieuses, enseignants, personnels soignants œuvrant dans les zones affectées ". Le 13 mai, un message officiel a été diffusé dans toutes les églises de la province de l'Équateur.

La République démocratique du Congo en est à sa neuvième épidémie d'Ebola depuis que la maladie y a été découverte pour la première fois en 1976. "Une quarantaine d'agents de santé ont déjà été déployés comprenant donc des vaccinateurs, des agents chargés du suivi après vaccination, mais aussi des épidémiologistes pour le suivi des contacts des personnes infectées par le virus à Ebola, mais aussi des spécialistes de la communication sur les risques, la mobilisation sociale et la prévention des infections", poursuit le professeur Ki Zerbo. L'organisation onusienne reconnaît toutefois qu'il existe des effets secondaires. Une légère fièvre, des symptômes de rhume ou un malaise peuvent être ressentis par le vacciné pendant 1 à 3 jours.

Recommande: