Tex: la production des Z'amours dévoile des enregistrements très gênants

17 Mai, 2018, 22:42 | Auteur: Sue Barrett
  • Tex piégé par d’embarrassants enregistrements

L'affaire se poursuit désormais devant les Prud'hommes, l'animateur réclamant près de 1,2 million d'euros d'indemnités à son ex-employeur. Bah, je n'ai pas de scripte, moi, s'est défendu Jean-Christophe Le Texier, alias Tex. Son avocat explique: " ce que nous demandons correspond aux barèmes appliqués dans la jurisprudence", a affirmé Jérémie Assous, l'avocat qui défend également Eddy Guyot, le présumé agresseur de Candide Renard dans Koh-Lanta. Il tiendrait aussi des propos hautement sexistes et vulgaires, notamment envers une candidate qu'il qualifierait de "chiennasse avec ses grosses loches". Pour faire valoir ses arguments, il avance aussi le fait qu'il a bénéficié de 144 CDD en 17 ans, estiment qu'ils auraient dû être requalifiés en CDI. " Voilà, il n'a rien enregistré ", assure l'avocat à la présidente de cette audience du conseil de prud'hommes de Paris. Et visiblement, "la blague" sur les femmes battues qui lui a coûté son poste n'était pas le premier dérapage du présentateur.

La recevabilité d'une pièce à charge est également au cœur des débats: les rushes des derniers enregistrements des "Z'amours ", contenant des propos sexistes de l'animateur. Entre deux prises, en plus de la qualification de "chiennasse" d'une des candidates, on entend Tex y dire, au sujet de la blague de décembre: "Je l'ai fait pour le buzz". Je savais ce que je faisais. "C'était pour faire parler de moi", a cité l'avocate, avant de s'intéresser à d'autres séquences.

L'avocate de Sony Pictures Télévision a en effet mis en avant des rushes non diffusés des Z'Amours. "Sinon, on aurait aussi pu dire que Desproges était le pire antisémite, et que Gad Elmaleh déteste les musulmans", lance-t-il. Parce que tu le sais, je les prends par devant, par derrière, sur le côté.

L'avocate de la défense accuse aussi l'humoriste français d'avoir insulté Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat française à l'égalité homme-femme. L'ensemble de ces propos constituent autant d'éléments sur lesquels Sony s'appuie pour justifier une "faute grave caractérisée", motif du renvoi de l'animateur.

Pour sa défense, le principal concerné a fustigé des méthodes "déloyales". "Vous êtes là à vous faire insulter et vous ne pouvez même pas répondre" a ainsi déclaré l'animateur à nos confrères. Il faudra attendre le 27 juillet pour connaître l'issu du jugement.

Recommande: