Vol MH370 : vers la fin du mystère

16 Mai, 2018, 08:46 | Auteur: Lynn Cook

Des experts aéronautiques ont rendu leur conclusion sur la disparition du vol de la Malaysian Airlines MH370 le 8 mars 2014.

Parti de Kuala Lumpur, en Malaisie, l'avion faisait route vers Pékin avec 239 personnes à son bord quand il s'est soudainement volatilisé après avoir changé de trajectoire.

Un groupe d'experts a une nouvelle fois étudié la trajectoire de l'appareil. "Cela a fonctionné puisque l'armée n'a pas réussi à intercepter l'avion ", explique Simon Hardy, expert en aviation civile cité dans l'émission australienne 60 minutes.

Dans le cas du MH370, cette théorie est étayée par plusieurs éléments: le transpondeur de l'avion avait été éteint, le trajet hors du plan de vol jusqu'à épuisement du carburant, la découverte de simulations de vol jusque dans l'océan Indien dans le simulateur au domicile du pilote ainsi que la condamnation du leader de l'opposition malaisien Anwar Ibrahim le 7 mars 2014 alors que le pilote militait dans l'opposition. Une manière d'échapper aux radars militaires, puisque l'avion entrait et sortait successivement des espaces aériens de ces deux pays.

Une dépressurisation délibérée de l'avion aurait assommé les passagers et les membres d'équipage, ce qui expliquerait l'absence d'appel au secours. "Il a volé de manière très précise". Il ajoute: "Si vous me demandiez de faire disparaître un Boeing 777 durant une telle opération, je ferais exactement la même chose". Pour Larry Vance, un enquêteur canadien, "il n'y a aucune raison de croire que le pilote n'a pas dépressurisé pour neutraliser les passagers", rapporte le journal britannique The Independent. Cet ancien chercheur à la Transportation Safety Board of Canada est même persuadé que l'épave gît au fond de l'Océan Indien, le fuselage intact et l'aile gauche toujours accrochée à sa carcasse. "Mais en principe, il devrait rester encore quatre morceaux de l'avion dans l'eau".

Les recherches initiales dirigées par l'Australie avaient coûté 200 millions de dollars australiens (130 millions d'euros). Seule certitude: des débris et des fragments d'ailes ont été retrouvés en 2015 sur l'île de La Réunion puis sur les côtes africaines.

En 2016, le Premier ministre australien avait déjà soulevé la thèse d'un acte prémédité, estimant qu'elle était "fort probable".

Recommande: