Le voile d'une responsable de l'Unef de la Sorbonne fait polémique

15 Mai, 2018, 11:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Crédits: Trendsmap

Samedi 12 mai, le journal télévisé 19:45 de M6 est revenu sur le sujet.

" Si Maryam se fait attaquer, c'est parce qu'elle est une femme, musulmane portant le voile, mais également étudiante avec des responsabilités syndicales ", indique l'Unef dans son communiqué.

La brève apparition d'une étudiante militante a déclenché de nombreuses réactions.

Une interview accordée à la chaîne télévisée française M6 par la représentante de l'Union nationale des étudiants de France (Unef), principal syndicat étudiant de France, a provoqué la polémique sur les réseaux sociaux, car celle-ci porte un voile islamique recouvrant son visage, rapportent plusieurs médias français ce lundi. "C'est la présidente du syndicat à l'université Paris-Sorbonne qui le dit", commente-t-il. Vers 20h30, sur Facebook, le professeur de science politique et membre fondateur du Printemps Républicain, Laurent Bouvet, publie une capture d'écran du reportage montrant la jeune femme, voilée, accompagnée de ce commentaire: "À l'UNEF, la convergence des luttes est bien entamée".

Céline Pina, fondatrice du mouvement laïque controversé "Viv (r) e la République " a condamné le soir même l'intervention publique de la représentante de l'Unef, représentant à ses yeux "l'infiltration et le noyautage du syndicalisme étudiant " en France par le mouvement les Frères musulmans.

Dans les commentaires sous la publication de Céline Pina, le socialiste Julien Dray, ancien cadre du mouvement étudiant, estime lui que "la direction du syndicat qui accepte cette jeune dame comme dirigeante souille tous nos combats menés dans les universités".

"L'UNEF réaffirme être la maison commune de l'ensemble de la jeunesse".

"Voilée, Maryam Pougetoux a été ciblée depuis par de nombreux internautes, parmi lesquels des membres du Printemps républicain". La médiatique journaliste et militante antiraciste Rokhaya Diallo s'est notamment indignée de la "chasse aux musulman.e.s (présumé.e.s) qui ont l'outrecuidance de se rendre visibles". Faisant référence à Laurent Bouvet, elle regrette que "derrière son supposé débat sur la laïcité excluante, se cache une islamophobie décomplexée".

La présidente de l'Unef, Lilâ Le Bas, a également pris la parole pour soutenir sa camarade et dénoncer les " insultes racistes et islamophobes " qu'elle subit.

"Pourquoi ne peut-on poser une question simple à l'Unef ou à toute autre organisation de gauche sur sa cohérence idéologique sans se faire insulter et menacer?"

Recommande: