Un imam tué dans une attaque au couteau dans une mosquée — Urgent

13 Mai, 2018, 12:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Des policiers sud-africains à Johannesburg

La police sud-africaine a indiqué vendredi ignorer le mobile de l'attaque au couteau, la veille, dans une mosquée de la banlieue de Durban (nord-est), qui a fait un mort et deux blessés graves, mais précise y avoir identifié des " signes d'extrémisme ".

" On ne sait pas si la motivation est criminelle, s'il s'agit d'une histoire d'amour qui a mal tourné ou si c'est pour une raison religieuse", a déclaré le président du Réseau musulman sud-africain, Faizel Suliman, qui s'est refusé à spéculer sur les causes de l'attaque".

Un imam a été tué par des assaillants dans une mosquée de la banlieue de Durban, dans l'est du pays.

Une des personnes blessées est le moulana de la mosquée, un responsable religieux local.

Les deux autres victimes ont elles aussi été poignardées, l'une à l'abdomen et l'autre à l'aine, selon la même source.

Les assaillants ont ensuite lancé un cocktail Molotov dans le bâtiment, qui a partiellement pris feu, et pris la fuite en voiture.

L'archevêque du Cap, qui a présenté les condoléances de l'Église catholique à la famille de la victime et à la communauté musulmane, a fermement condamné cette attaque. Nous continuerons à prier pour la paix dans notre pays et dans le monde entier, une paix basée sur le respect de la dignité et des droits de tout être humain.

La police se montre prudente sur les motifs de l'agression et indique simplement qu'une enquête a été ouverte.

" L'incident s'est déroulé dans un lieu de prière et, au vu de la manière dont il s'est déroulé, il révèle (de la part des assaillants) de la haine pour les fidèles de cette religion, c'est là qu'il faut voir ces signes d'extrémisme", a précisé le policier à l'AFP. Il a rapidement succombé à ses blessures. L'Afrique du Sud, qui compte 1,5% de musulmans parmi ses 53 millions d'habitants, a jusqu'à présent été épargnée par les attentats djihadistes.