6 morts et 35 blessés dans des attaques contre des églises — Indonésie

13 Mai, 2018, 10:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Un membre de l’escouade anti-bombe de la police indonésienne examine le site d’une explosion survenue à l’extérieur d’une église de Surabaya le 13 mai 2018

Trente-huit autres sont blessées. Trois attaques ont été menées contre trois églises de Surabaya, la deuxième ville d'Indonésie, située à l'Est de Java. Les attentats n'ont pas été revendiqués.

"Neuf personnes sont mortes et 40 ont été blessées", a déclaré un porte-parole de la police locale, Frans Barung Mangera, précisant que deux policiers figuraient parmi les blessés.

"Les autorités n'ont pour le moment communiqué des précisions que sur l'une des attaques, celle contre l'église catholique Santa Maria, et les attaques n'ont pas été revendiquées jusqu'ici". " Le dernier bilan fait état de six morts et 35 blessés ", a déclaré un porte-parole de la police, Frans Barung Mangera. Il n'a pas été précisé dans l'immédiat si les autres assaillants avaient péri ou avaient été tués.

En milieu de semaine, des détenus de la mouvance islamiste ont tué cinq membres d'une force d'élite antiterroriste lors d'une confrontation qui a duré 36 heures dans une prison de haute sécurité à la périphérie de la capitale, Djakarta.

L'Indonésie, plus grand pays musulman du monde, connaît depuis quelques années une résurgence des activités islamistes.

L'intolérance religieuse a augmenté ces dernières années en Indonésie, pays où près de 90 % de la population est de confession musulmane, mais qui compte aussi des minorités comme les chrétiens, hindous et bouddhistes.

D'autres attaques visant des églises se sont produites ces dernières années à travers l'archipel d'Asie du Sud-Est.

En février, la police était parvenue à neutraliser un homme armé d'une épée qui avait attaqué en pleine messe une église à Sleman, sur l'île de Java, blessant quatre personnes dont un prêtre. Il avait tenté de faire exploser un objet que les autorités ont comparé à un pétard, avant d'être maîtrisé par des fidèles.

En janvier 2016, des attentats suicide et attaques armées à Jakarta avaient coûté la vie à quatre civils. Ces attaques, qui n'ont pas été revendiquées, ont eu lieu à deux jours du début du ramadan.

L'Indonésie avait été précipitée dans sa propre "guerre contre le terrorisme" par les attentats de Bali, île la plus touristique du pays où ces attaques avaient fait 202 morts, parmi lesquels de nombreux étrangers. Mais l'organisation jihadiste État islamique (EI) est parvenue à mobiliser de nouveau la frange extrémiste indonésienne.

Recommande: