Vers un gouvernement populiste — Italie

11 Mai, 2018, 13:45 | Auteur: Aubrey Nash
  • Des négociations in extremis pour éviter de nouvelles élections en Italie

Ils assurent que " des pas significatifs ont été enregistrés " et rejettent catégoriquement la solution d'un " gouvernement neutre " qui leur avait été soumise par le président de la République. La Ligue et le mouvement M5S ont repris leurs tractations ce jeudi pour gouverner l'Italie, après que Silvio Berlusconi, le principal obstacle à leur gouvernement de coalition, a accepté de s'effacer la veille. Les chefs de file des deux formations, qui à elles deux disposent d'une courte majorité au Parlement, Luigi Di Maio (M5S), 31 ans, et Matteo Salvini (Ligue), 45 ans, se sont rencontrés en début de matinée à la Chambre des députés. "L'important, c'est le contrat de gouvernement, insiste Luigi di Maio, ensuite nous parlerons des noms". D'après une source haut placée au sein de la Ligue, les deux partis pourraient se rendre ce lundi au Quirinal pour présenter formellement leur accord à Mattarella, avant un vote de confiance qui aurait lieu dans la semaine. Celui-ci laisse transparaître, pour la première fois depuis plus de deux mois, quelque chose qui ressemble à l'espoir d'une sortie de crise post-électorale.

D'ici là, les questions à régler sont encore nombreuses, à commencer par le choix du chef du gouvernement. Tous deux se disent prêts à faire un pas en arrière pour choisir ensemble une autre personnalité mais, selon la presse, aucun n'a complètement renoncé.

Parallèlement, les divergences sur le fond sont importantes entre la Ligue, formation nationaliste proche du FN français, qui a fait le plein des voix dans le Nord sur la promesse de baisses massives d'impôts, et le M5S, plus ambivalent sur l'Europe et plébiscité par le Sud pour avoir promis un revenu de citoyenneté. Outre l'ambition de leurs dirigeants, les deux partis partagent toutefois un rejet des forces politiques traditionnelles et des promesses voisines en matière de retraites, de lutte contre l'immigration ou de moralisation de la vie politique.

Recommande: