Le parti au pouvoir depuis 60 ans perd les élections législatives — Malaisie

10 Mai, 2018, 09:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Malaisie dissolution du Parlement pour des législatives anticipées

L'ancien dirigeant autoritaire malaisien Mahathir Mohamad, 92 ans, s'est déclaré confiant mercredi soir dans une victoire aux législatives, à la lumière de décomptes non-officiels mettant en évidence une nette progression de son alliance d'opposition, face à la coalition du Premier ministre Najib Razak, englué dans un scandale financier.

La coalition d'opposition dirigée par ce dernier a remporté 121 sièges, incluant ceux d'un petit parti allié dans l'Etat de Sabah (Bornéo), sur les 222 à pourvoir au Parlement, soit la majorité absolue pour former un gouvernement. Mais le retour surprise sur le devant de la scène politique du charismatique ex-Premier ministre Mahathir Mohamad a bouleversé la donne. Cet ancien médecin a déjà dirigé d'une main de fer le pays pendant 22 ans.

Il a assuré à la presse ne pas chercher "la revanche" mais vouloir "restaurer l'État de droit".

Dès que la victoire de l'opposition est apparue claire, les partisans de Mahathir se sont répandus dans les rues pour manifester leur joie, en agitant des drapeaux à leurs couleurs. Excédé par un énorme scandale financier qui a sapé l'image de la Malaisie à l'étranger, Mahathir s'est allié avec des partis qui étaient opposés à lui du temps où il était au pouvoir (1981-2003), en particulier avec un dirigeant de l'opposition emprisonné, Anwar Ibrahim, ex-ennemi juré du nonagénaire.

Aux législatives mercredi, la coalition d'opposition Le Pacte de l'Espoir mise sur les liens entre Mahathir avec les Malais ethniques des campagnes pour faire de lui le meilleur atout.

Les bureaux de vote ont fermé à 17h00 (11h00 en Suisse) et la participation était de 69% deux heures avant la clôture du scrutin, a indiqué la commission électorale. Malgré la défiance du vote populaire, le Barisan Nasional (Front national, BN), devrait néanmoins remporter le scrutin à la faveur d'un système électoral qui lui est favorable. L'affaire de détournement au détriment du fonds souverain 1MDB, créé par M. Najib à son arrivée au pouvoir en 2009 pour moderniser la Malaisie, affecte le Premier ministre qui a toujours nié tout acte répréhensible.

Bien que la plupart des observateurs politiques estiment que le BN l'emportera, l'opposition semble avoir trouvé un écho chez les électeurs sur certaines questions telles que l'augmentation du coût de la vie, ce qui laisse planer des incertitudes sur les élections. Depuis 2015, la Malaisie est secouée par le scandale autour de ce fonds endetté aujourd'hui à hauteur de 10 milliards d'euros.

Recommande: