Israël en état d'alerte élevé après des "activités inhabituelles" iraniennes en Syrie

09 Mai, 2018, 06:25 | Auteur: Lynn Cook
  • Israël en état d'alerte élevé après des «activités inhabituelles» iraniennes en Syrie

L'armée israélienne a indiqué mardi avoir demandé aux autorités locales du plateau du Golan d'ouvrir et de préparer les abris antimissiles en raison "d'activités inhabituelles des forces iraniennes en Syrie", de l'autre côté de la ligne de démarcation.

Depuis 2012, date du début de la guerre civile syrienne, Israël s'était jusqu'à présent abstenu d'intervenir dans le conflit.

"Par ailleurs, des systèmes de défense ont été déployés et les forces israéliennes sont en état d'alerte élevé face au risque d'une attaque", a dit l'armée israélienne dans un communiqué.

Dans les deux heures qui ont suivi l'annonce faite par Donald Trump sur l'Iran, pays allié au régime de Damas, l'agence de presse syrienne Sana a fait état d'explosions à Kisweh, au sud de Damas. "Neuf combattants appartenant aux Gardiens de la Révolution iraniens ou aux milices chiites pro-iraniennes ont été tués" dans le secteur de Kisweh, a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Selon cette agence, les défenses antiaériennes syriennes ont abattu deux missiles israéliens.

Dimanche dernier, le cabinet de sécurité israélien a évoqué d'éventuelles représailles iraniennes imminentes à la suite de l'attaque aérienne attribuée à Israël sur la base aérienne T-4 près de Homs.

Interrogée sur ces déclarations, une porte-parole militaire israélienne a déclaré que "Nous ne répondons pas à de telles informations venant de l'étranger". Elle a affirmé "le soutien total (de Damas) avec la République islamique d'Iran (.) et sa confiance dans sa capacité à surmonter l'impact de la position agressive de l'administration américaine qui affecte la sécurité et la stabilité de la région et du monde". Israël a effectué ces dernières années, et particulièrement depuis 2017, de nombreuses frappes en Syrie contre des positions du régime du président Bachar el-Assad ou de son allié, le Hezbollah libanais.

"Le régime à Téhéran (.) cherche maintenant à déployer des armes très dangereuses en Syrie dans le but de nous détruire", a déclaré M. Netanyahu à l'issue d'un sommet trilatéral à Nicosie avec le président chypriote Nicos Anastasiades et le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Recommande: