Vivendi défait par Elliott

06 Mai, 2018, 15:53 | Auteur: Aubrey Nash
  • Vincent Bollor

Vendredi, le groupe français a dû céder le contrôle du conseil d'administration de Telecom Italia (TIM) au fonds américain Elliott.

La principale interrogation porte désormais sur le choix d'Amos Genish, un soutien affiché de Vivendi mais respecté par le gouvernement et les autres investisseurs, de rester ou non à la tête de l'opérateur.

Choisis par Elliott, dix administrateurs italiens indépendants - parmi lesquels Luigi Gubitosi, administrateur d'Alitalia, et Fulvio Conti, ex-directeur général d'Enel - font leur entrée au conseil, tandis que Vivendi conserve cinq représentants.

Le nouveau conseil devrait attribuer les postes d'administrateur délégué et de président du conseil dans les jours à venir.

Environ 49,84% des actionnaires votants se sont prononcés pour la liste du fonds activiste et 47,18% pour celle du groupe de Vincent Bolloré, principal actionnaire de Tim avec 23,94% du capital.

Interrogé sur une éventuelle baisse de sa participation après cet échec, il a déclaré: "nous sommes un actionnaire à long terme". "Nous ferons très attention, nous serons très vigilants sur le fait qu'il n'y ait pas d'autre stratégie, de démantèlement ou autre", a ajouté M. Gillham.

"La victoire d'aujourd'hui en faveur d'une liste indépendante envoie un signal puissant à l'Italie et au-delà que les investisseurs engagés n'accepteront pas une gouvernance d'entreprise médiocre, ouvrant la voie à une maximisation de la création de valeur pour toutes les parties prenantes de TIM", souligne le fonds. "Nous continuerons à soutenir la stratégie du (directeur général) Amos Genish qui a été votée à l'unanimité par le conseil", a-t-il déclaré.

Recommande: