Ses organes de propagande neutralisés — Daech

27 Avril, 2018, 16:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Crédit DR

"Daech ne recule plus seulement sur le terrain mais aussi en ligne et nous ne nous arrêterons pas tant que leur propagande n'aura pas été complètement éradiquée d'Internet", ajoute Dimitris Avramopoulos, commissaire européen aux Affaires intérieures.

Les polices américaines et de l'Union Européenne ont paralysé les principaux organes de propagande en ligne du groupe État islamique (EI) lors d'une opération conjointe menée dans plusieurs pays, a rapporté vendre l'agence européenne de police Europol. Le "démantèlement multinational et simultané" a été coordonné par l'intermédiaire du siège d'Europol à La Haye avec le soutien d'Eurojust, l'unité de coopération judiciaire de l'Union européenne.

L'opération menée mercredi a visé en particulier l'agence de propagande Amaq, utilisée par les terroristes à la fois pour revendiquer les attentats que pour diffuser ses messages et appeler au djihad.

Les pays qui ont participé à cet opération sont la Belgique, la Bulgarie, le Canada, la France, les Pays-Bas, la Roumanie, le Royaume-Uni et les États-Unis a indiqué Europol. Elle visait également la radio al-Bayan.

L'unité de lutte anti-terroriste britannique a également été impliquée et a identifié "de grands bureaux d'enregistrement de noms de domaine usurpés par l'EI".

Les djihadistes ont notamment utilisé leur agence Amaq en 2016 pour revendiquer des attentats et attaques au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde, dont les attentats meurtriers de Paris, Bruxelles, Barcelone et Berlin.

Ainsi, c'est par ce biais que l'EI a revendiqué le mois dernier l'attaque d'un supermarché à Trèbes, dans le sud de la France, où un homme de 25 ans a tué quatre personnes, dont le gendarme Arnaud Beltrame, qui avait pris la place d'un otage.

Recommande: