L'affaire Peter Madsen, chronique d'un crime " bestial "

26 Avril, 2018, 04:07 | Auteur: Lynn Cook
  • Edition numérique des abonnés

Mercredi 25 avril, le tribunal de Copenhague a condamné Peter Madsen à la prison à vie pour le meurtre sauvage de la journaliste Kim Wall.

Kim Wall avait disparu dans la nuit du 10 au 11 août 2017 après avoir embarqué dans la soirée à Copenhague sur l'UC3 Nautilus, un sous-marin de 18 mètres construit par Peter Madsen, que les Danois connaissent pour avoir aussi lancé des fusées à près de 10 kilomètres d'altitude, et qu'elle voulait interviewer.

Peter Madsen a commis "un meurtre cynique, prémédité, d'une nature particulièrement violente", ont estimé la juge professionnelle et les deux jurés du tribunal de Copenhague. Poursuivi pour meurtre avec préméditation, sévices sexuels aggravés et atteinte à l'intégrité d'un cadavre, Peter Madsen n'a admis que le dernier chef d'accusation.

Au terme de onze jours d'audience qui ont levé le voile sur la "dangerosité" de l'accusé, amateur de vidéos de femmes égorgées ou décapitées, le procureur Jakob Buch-Jepsen a requis la prison à vie. Un crime précédé de sévices sexuels. Un submersible pour scène de crime, un meurtrier original rêvant d'abysses et de grands espaces mais hanté par de sombres fantasmes, une jeune journaliste brillante de 30 ans pour victime et un corps atrocement mutilé retrouvé en mer quelque part entre le Danemark et la Suède. Comme la cause de la mort n'a pas pu être constatée de manière certaine, la justice doit encore trancher sur la question de culpabilité: Kim Wall est-elle morte suite à un accident? En présence des parents et du frère de Kim Wall, Peter Madsen a clos les débats lundi en affirmant être " vraiment, vraiment triste de ce qui s'est passé ", utilisant un adjectif qui, en danois, peut également signifier " désolé ". "Il avait un plan criminel idéal, comme il l'avait confié à une amie dans un SMS (.) Il n'y a pas de place pour le doute" dans cette affaire. Les bras de la victime présentent aussi des marques qui correspondent au dessin de sangles ayant servi à l'attacher pendant son supplice, toujours selon l'accusation. "Je regarde ces vidéos pour pleurer et éprouver des émotions", s'est défendu Peter Madsen devant les juges. Mais la défense a aussi dénoncé les failles dans la démonstration du parquet et l'absence de preuves irréfutables.

Les auditions suivantes n'apportent aucun éclaircissement sur la mort de Kim Wall: Peter Madsen, c'est sa dernière version, affirme qu'elle a été asphyxié par des gaz d'échappement lors d'une dépressurisation de l'habitacle. Interrogé par exemple sur le démembrement du corps de Kim Wall, il avait répondu: "Quand on un gros problème, on le coupe en morceaux". Mais un autre expert est venu dire le contraire à la barre.

Recommande: