Au moins 24 morts, selon une ONG — Manifestations au Nicaragua

23 Avril, 2018, 10:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Suite aux violentes émeutes de jeudi et vendredi le président Ortega devrait annoncer que le dialogue reste ouvert

Lors d'une rencontre avec des chefs d'entreprise, le chef d'État de gauche a annoncé que l'Institut nicaraguayen de sécurité sociale (INSS) ne mettrait pas en oeuvre cette réforme, qui devait augmenter les contributions sociales des salariés comme des employeurs pour essayer d'équilibrer le système de retraites.

"Les Etats-Unis appellent à un large dialogue impliquant tous les secteurs de la société pour résoudre le conflit actuel, rétablir le respect des droits de l'Homme et parvenir à un avenir meilleur et plus démocratique pour tous les Nicaraguayens", poursuit la porte-parole, demandant également "au gouvernement nicaraguayen de permettre aux journalistes d'agir librement".

Parmi les victimes figurent des étudiants, des policiers et de jeunes sympathisants du Front sandiniste au pouvoir, accusés de s'être attaqués aux manifestants. "C'est une protestation qui vient de la base, pas d'un parti politique" et "je crois que le gouvernement n'a pas anticipé cette réaction", a déclaré à l'AFP le politologue Oscar René Vargas. Le dernier bilan officiel faisait état de dix morts vendredi, tandis que quotidien La Prensa a fait état de plus de 30 morts, mais sans citer de source. Les protestataires ont dressé des barricades dans les rues et lancé des pierres sur les policiers qui ont riposté à l'aide de gaz lacrymogènes. Mais il a aussi affirmé que les manifestations étaient soutenues par des groupes politiques hostiles à son gouvernement et financés par des organisation extrémistes américaines, sans toutefois les identifier. Les habitants se pressaient vers les magasins et supermarchés pour constituer des stocks de provisions. Des soldats armés de fusils ont été déployés devant les bâtiments administratifs.

Un caméraman nicaraguayen, Miguel Ángel Gahona, est décédé samedi dans la ville de Bluefields (est), après avoir été touché par des balles alors qu'il tournait des images d'affrontements entre manifestants et policiers, ont indiqué des sources syndicales.

Les Etats-Unis ont condamné dimanche "la violence et la force excessive utilisées par la police et d'autres personnes contre les civils qui exercent leur droit constitutionnel à la liberté d'expression et de réunion".

Le Saint-Père exprime ainsi sa "proximité dans la prière à ce pays bien-aimé", et s'unit aux évêques du pays "pour demander que cesse toute violence, que soit évité un bain de sang inutile et que les questions ouvertes soient résolues pacifiquement et avec le sens des responsabilités".

"On n'avait pas vu cela depuis des années au Nicaragua", a commenté à l'AFP l'ancien ambassadeur nicaraguayen aux Etats-Unis Carlos Tünnerman.

Ces manifestations ont commencé mercredi dans plusieurs villes du pays.

Recommande: