Togo : Les chefs d'Etat de la CEDEAO proposent des réformes constitutionnelles

16 Avril, 2018, 02:07 | Auteur: Lynn Cook
  • Patrice Talon Président du Bénin

A Lomé, les chefs d'Etat et de gouvernement de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) "évalueront la situation politique en Guinée-Bissau", indique un communiqué de presse.

Face au regain de tension qui se fait constater au Togo, les chefs d'Etats de la Cédéao ont fait plusieurs propositions à la classe politique du pays afin de procéder à des réformes constitutionnelles. En envoyant du renfort au Ghanéen Akufo Addo visiblement à la peine dans ce capharnaüm togolais, la CEDEAO démontre, si besoin en était, qu'elle entend jouer sa partition dans la recherche des solutions politiques à la crise en cours, même si la double casquette de son président en exercice et en même temps président du Togo, pourrait faire douter de sa crédibilité et de son impartialité.

Le ministre togolais des Affaires étrangères, de la coopération et de l'intégration africaine, et président du Conseil des ministres de la CEDEAO, Prof. Ce dernier a d'ailleurs fait part de sa décision de nommer comme premier ministre de consensus, Aristides Gomes, une décision qui sera entérinée par décret présidentiel le 17 avril prochain. Robert Dussey, ainsi que le président de la Commission de l'organisation régionale, Jean-Claude Kassi Brou, ont présenté un rapport sur les derniers développements de.

La délégation Ministérielle a rencontré son Excellence M. Jose Mario VAZ, Président de la République de Guinée-Bissau, le Président de l'Assemblée Nationale Populaire, M. Cipriano Cassama, l'Évêque de Bissau, le Groupe de Contact P5, l'ensemble des acteurs politiques de Guinée-Bissau, à savoir le PAIGC, le PRS et le Groupe des 15. Pour Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, la Coordinatrice de la Coalition, "Faure GNASSINGBE n'a aucune autorité morale à se mêler des problèmes des autres (crise politique en Guinée-Bissau, ndlr)".

Au terme de la cérémonie d'ouverture, les Chefs d'Etat se sont retrouvés pour une session à huis-clos.

Recommande: