Un dernier adieu en musique — Jacques Higelin

15 Avril, 2018, 08:09 | Auteur: Sue Barrett
  • Inédit Hige­lin: Coluche m'a raconté qu'il voulait faire ce que je faisais

Et une photo en noir et blanc, où l'on voit de dos le poète-rock, disparu vendredi à 77 ans. Dessous, l'inscription avec ses trois prénoms "Jacques, Joseph, Victor dort", référence au nom de la série de concerts qu'il proposa du 14 décembre 1981 au 13 février 1982 au Cirque d'hiver. Le tout dans une ambiance particulièrement chaleureuse, au son de son tube "Tombé du ciel", repris en chœur ou même sifflé. Comme à Mogador ou au Casino de Paris, Higelin a laissé une trace indélébile dans cette salle dans les années 80. Derrière elle, Izia, la fille de Jacques Higelin, lançait déjà des " L'amour toujours " au cœur de cette chanson. Dans les allées de ce lieu où de nombreux artistes reposent, des personnalités se sont mêlées aux fans du chanteur pour lui faire leurs adieux, sous une pluie battante. "Brigitte Fontaine, Camille... Les montagnes russes émotionnelles sont reparties à la hausse quand Arthur H, accompagné par Areski, a pris le micro". La dernière fois qu'ils se sont vus, ils se caressaient le visage, le nez on aurait dit deux extraterrestres. La grande Brigitte (Fontaine) m'a envoyé un mot au téléphone. Elle répète la phrase, la chante sur tous les tons, en tournant autour du cercueil.

Avant l'inhumation, après les remerciements émus d'ArthurH et de sa demi-soeur Izia Higelin à l'attention du public, c'est en chansons que s'est fini ce moment de communion, avec dans les haut-parleurs le refrain "Je vis pas ma vie, je la rêve", "J'suis qu'un grain de poussière".

Kên, le troisième enfant, au bord des larmes, viendra pour sa part confier qu'"il y a une phrase qui (le) hante depuis tout petit: "'Ne pleurez pas les morts pleurez les vivants'. "C'était touchant, émouvant, stimulant, comme il l'a toujours été" a confié CharlElie Couture à l'AFP à l'issue de la cérémonie.

Les obsèques de Jacques Higelin, ouvertes au public, ont été marquées par l'émotion, mais surtout par le beau souvenir de ses chansons dont la joie répondait superbement à la peine de ses proches. Une cérémonie à laquelle tous ses fans ont été conviés. Dans une des chansons de cet album, J'fume, Higelin chantait qu'il continuait à "fumer" en attendant "qu'le fossoyeur me creuse une tombe au Père-Lachaise" et que "le temps s'arrête et qu'le ciel me tombe sur la tête".

Recommande: