Syrie-Le Conseil de sécurité doit reprendre l'initiative-Macron

15 Avril, 2018, 06:54 | Auteur: Lynn Cook
  • La Russie exige une réunion d'urgence à l'ONU après les frappes en Syrie

Le projet de résolution russe dénonçait la survenance des frappes occidentales tôt samedi alors qu'une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se trouve en Syrie pour réunir des éléments sur les attaques chimiques présumées du 7 avril à Douma. La France entend reprendre la main dans le processus diplomatique.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé samedi tous les Etats membres à faire preuve de retenue et à s'abstenir de tout acte qui pourrait conduire à une escalade après les frappes occidentales contre la Syrie.

Parmi les membres du Conseil, seules la Russie, la Chine et la Bolivie ont voté en faveur du projet. Il a été rejeté, faute de recueillir les 9 voix nécessaires à son adoption. Le projet de texte russe, long de cinq paragraphes, exprimait sa "grande inquiétude" face à "l'agression" contre un État souverain, qui violait, selon Moscou, "le droit international et la Charte des Nations unies".

"Le Conseil de sécurité des Nations unies doit maintenant reprendre, dans lunité, linitiative sur les volets politique, chimique et humanitaire en Syrie, pour assurer la protection des populations civiles et pour que ce pays retrouve enfin la paix", ajoute-t-elle.

Les négociations sur ce texte, rédigé par la France, doivent débuter lundi, selon les mêmes sources. Les Etats-Unis ont déjà annoncé qu'il n'y aurait pas de nouvelles frappes tant que le régime syrien s'abstient de recourir à des armes chimiques.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a fait savoir qu' "une bonne partie de l'arsenal chimique du régime avait été détruite" dans l'opération.

Elle a précisé que plusieurs chances avaient été données à la diplomatie. La visite du président Emmanuel Macron prévue fin mai en Russie reste d'ailleurs programmée.

Il a souhaité que la concertation entre la France et la Turquie "soit encore intensifiée dans les prochains jours pour permettre une solution politique inclusive en Syrie".