Agnès Buzyn réfléchit à "deux lundis de Pentecôte travaillés" — Jours fériés

15 Avril, 2018, 07:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Des comprimés d'homéopathie dans une usine de Brest le 20 mai 2016

Agnès Buzyn a aussi suggéré "des pistes via l'Ondam", c'est-à-dire les dépenses d'assurance maladie, qui consisteraient à "mélanger la partie dépendance et la partie soins dans une seule enveloppe", au lieu des "enveloppes séparées" financées respectivement par les départements et la Sécurité sociale. Près de 60% (1,42 milliard) devaient être destinés à l'aide aux personnes âgées.

L'homéopathie et la question de son remboursement ont été mises en avant dans une interview accordée jeudi par la ministre de la Santé sur BFMTV et RMC.

"Les pistes, ce sont évidemment les assurances privées".

Le choix de ce jour, fixé initialement au lundi de Pentecôte redevenu férié en 2008, est désormais laissé à l'appréciation des employeurs, publics et privés.

Cette mesure avait été instaurée après la canicule de 2003, qui avait causé la mort de 15 000 Français, en majorité des personnes âgées. "Je travaille la nuit, je travaille le jour, et je donnerai vraiment de ma poche une journée pour les anciens, parce que c'est la solidarité", répond une autre personne. Certains salariés ne voient toutefois pas de différence puisque leur entreprise les rémunère quand même. Aujourd'hui, cette journée de solidarité rapporte 2,37 milliards d'euros. La journée de solidarité a pour objectif de favoriser l'autonomie des personnes âgées et handicapées.

Toutefois, l'idée d'un deuxième jour férié travaillé divise. D'après les dernières données de l'Insee, Il y en a plus de deux millions en 2015 mais on projette qu'il y en aura cinq millions en 2050.

En attendant de trancher, Agnès Buzyn a promis d'ouvrir un "débat sociétal" sur l'organisation de la prise en charge de la dépendance et de présenter une "solution" d'ici à la fin de l'année.