Troisième vendredi consécutif de violences à Gaza

14 Avril, 2018, 11:05 | Auteur: Lynn Cook
  • Troisième vendredi consécutif de violences à Gaza

Des heurts ont de nouveau éclaté ce vendredi à la frontière entre Israël et la bande de Gaza lors de protestations de milliers de Palestiniens pour le troisième vendredi consécutif.

Plus loin, ces traîtres à leur peuple écrivent: "Tout jugement moral a complètement disparu et nous éprouvons de la peine pour ces jeunes soldats, qui comme nous l'avons déjà vécu, auront devant les yeux durant toute leur vie ce qu'ils ont vu à travers le viseur de leur fusil (...) L'ordre donné aux tireurs d'élite de tirer sur des manifestants désarmés et qui ne représentent aucun danger pour la vie humaine est la résultante directe de l'occupation militaire sur des millions de Palestiniens (?), de l'ivresse des sentiments et de la perte de tout sens moral de la part du leadership israélien". Rapidement, les manifestants ont lancé des pierres sur les soldats israéliens qui ont répliqué par des tirs, blessant au moins 223 Palestiniens, selon le ministère de la Santé à Gaza. L'un des blessés a été atteint à la tête.

Les manifestants ont baptisé ce vendredi "la journée de hissage des drapeaux". Mais ces dernières semaines ont été marquées par un regain de tensions entre les Palestiniens vivant dans la bande de Gaza et les Israéliens.

L'Etat hébreu affirme que les manifestations sont l'occasion de tentatives d'attaques, d'infiltration en Israël et de sabotage de la clôture et s'est engagé à stopper ces tentatives.

Israël a confirmé la frappe, affirmant qu'il s'agissait d'une riposte après des tirs. Des groupes de défense des droits de l'homme ont vivement critiqué les forces israéliennes, en mettant en évidence les images, non vérifiées, de vidéos qui se sont propagées sur Internet montrant des soldats tirant sur des manifestants. Cette relocalisation a profondément irrité les Palestiniens, qui considèrent la partie orientale de la ville occupée par Israël comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Dans un communiqué publié vendredi 13 avril 2018, Amnesty International a demandé aux autorités israéliennes de "mettre immédiatement fin à l'utilisation excessive et meurtrière de la force".

Les responsables du Hamas ont dit espérer qu'il y aurait moins de violence aux manifestations de ce vendredi et qu'ils comptaient maintenir la mobilisation jusqu'au 14 mai, date en principe prévue pour le transfert de l'ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Jeudi, l'Egypte a ouvert jusqu'à samedi son point de passage avec l'enclave palestinienne.