L'ex-chef du FBI traite Donald Trump de menteur invétéré — USA

14 Avril, 2018, 13:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Donald Trump à James Comey: Je suis germaphobe

Lors de cette discussion dans la Trump Tower en janvier 2017, la président américain a demandé au chef du FBI de tordre le cou à ces affirmations qui lui étaient très défavorables "au cas où il existerait une seule chance sur 100 qu'elles soient prises au sérieux par sa femme, Melania", selon James Comey. Les médias américains ont révélé l'attitude de M.Comey envers le locataire de la Maison-Blanche en citant quelques fragments de cet œuvre. "Le mensonge généralisé, qu'il soit petit ou gros, au service d'une sorte de code de loyauté qui place l'organisation au-dessus de la moralité et de la vérité", relate-t-il. Qualifiant Trump d'immoral et détaché de la vérité, celui-ci estime qu'il met en avant la loyauté et l'ego plutôt que les valeurs de l'institution et des États-Unis d'Amérique.

Ainsi, dans A Higher Loyalty: Truth, Lies and Leadership (Une loyauté plus élevée: vérité, mensonges et gouvernance), l'ancien directeur du FBI revient sur sa carrière publique.

Dans un passage particulièrement frappant, M. Comey raconte combien interagir avec Donald Trump lui a rappelé les années où il enquêtait sur des chefs mafieux à New York.

Il décrit également le président comme un homme obsessionnel des détails scabreux le concernant.

James Comey avait été nommé au poste du directeur du FBI en 2013 sur l'initiative du Président Obama. "Ce ne serait pas possible que je laisse des gens se faire pipi dessus devant moi", aurait-il affirmé à propos des relations sexuelles supposées avec les prostituées, au cours desquelles elles se seraient urinées dessus à sa demande. James Comey, qui dirigeait l'enquête sur les soupçons d'ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine de 2016 avec l'éventuelle complicité de l'équipe de campagne du futur président, a été limogé le 9 mai 2017 par Donald Trump. "J'ai laissé échapper un rire ", écrit M. Comey, toujours selon cet extrait relayé par le Washington Post.

M. Comey soutient aussi qu'il a constaté que la main du président était plus petite que la sienne, mais que sa taille ne semblait pas inhabituelle. Basé sur un "dossier" jugé crédible dans un premier temps par le renseignement américain, l'authenticité de cette accusation avait ensuite été complètement remise en question.

Le Parti républicain a d'ores et déjà mis en ligne un site intitulé (Comey menteur), avec une série de citations de personnalités politiques, désobligeantes pour l'ex-patron du FBI.

"James Comey a organisé des fuites et est un menteur avéré", a tweeté le président, accusant James Comey d'avoir "fait fuiter des information CLASSIFIEES, pour lesquelles il devrait être poursuivi". "Presque tout le monde à Washington pensait qu'il aurait dû être viré pour le terrible travail qu'il faisait, jusqu'à ce qu'il soit, de fait, viré", ajoute-t-il dans deux longs tweets chargés de colère, dans lesquels il traite l'ancien patron de la police fédérale américaine de "raclure".

Le livre, qui sort le 17 avril, s'est un temps hissé en tête du classement des préventes d'Amazon, grandement aidé par les messages vengeurs sur Twitter de Donald Trump qui l'avait limogé en mai 2017.

Recommande: