Rassemblement de soutien aux ZADistes de Notre-Dame-des-Landes — Saint-Etienne

13 Avril, 2018, 01:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Benjamin Griveau : opinion tranchée sur les zadistes de Notre Dame des Landes

Des affrontements ont éclaté vingt minutes après sur la route des Fosses noires qui jouxte les lieux, perpendiculaire à la D281.

Gaz lacrymogènes et grenades assourdissantes des gendarmes ont répondu aux jets de projectiles, tirs de fusées et cocktails Molotov des zadistes, faisant des blessés du côté des gendarmes et de celui des zadistes.

Les accès routiers vers l'ancienne "zone d'aménagement différé" (ZAD), rebaptisée "zone à défendre" par les opposants au projet d'aéroport abandonné en janvier, étaient fermés à la circulation tôt jeudi matin, ont constaté des journalistes de l'AFP. Selon un communiqué de bilan de la préfète des Pays de la Loire " 13 nouveaux squats ont été évacués " mercredi " soit 29 au total depuis le début de l'opération.

"On considère que les moyens qui ont été mis en oeuvre, et surtout la base juridique sur laquelle l'expulsion s'est faite, a été illégale", a expliqué Stéphane Vallée, l'un des avocats des zadistes, "des décisions qui n'ont pas été signifiées, des décisions de justice qui devraient servir de base à l'expulsion qui ne sont sorties qu'aujourd'hui et portées à la connaissance des habitants qu'aujourd'hui, jour de l'audience et pas avant alors qu'elles datent de cinq ans". Il y a beaucoup de gens qui n'habitaient pas là qui sont venus renforcer ceux qui résistent.

Les opérations d'évacuation de NDDL ont repris ce matin vers 7h30.

Vers 13h15, alors que plusieurs dizaines de gendarmes mobiles se déplaçaient entre Vigneux-de-Bretagne et les Ardillières, le véhicule de tête a dû s'arrêter au niveau d'une barricade. Lundi, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avait évoqué une quarantaine "d'édifices" à détruire sur la ZAD et une "centaine" de personnes à déloger. " On ne s'est occupé que des squats, qui étaient des planches ". "Le Premier ministre a été (...) limpide au moment où il a annoncé la décision qui a été prise par le gouvernement sur Notre-Dame-des-Landes et sur l'évacuation du site", a affirmé ce député des Hauts-de-Seine, se disant " pas du tout sur la ligne de considérer qu'il faudrait une pause ". "Il reprendra, je l'espère, aussi vite que ce sera possible", a-t-elle déclaré ensuite à l'AFP.

Lundi, des manifestations de soutien aux occupants de la ZAD ont eu lieu à Nantes et dans plusieurs villes de France.

"Ils (les gendarmes) continuent à vouloir tout détruire".

Recommande: