Elevage de porcs dans le Tarn: L214 dévoile une nouvelle vidéo choc

13 Avril, 2018, 02:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Les images terribles témoignent de l’ampleur du désastre dans cet élevage intensif d’engraissement de porcs

Les militants dénoncent " un état déplorable " et "des conditions d'hygiène inadmissibles ".

Après les abattoirs, l'association L214, qui oeuvre pour la protection animale, vient de publier de nouvelles photos et une vidéo choc d'un élevage porcin basé à Peyrole dans le Tarn. Pour certains, ils pataugent dans leurs excréments, dans lesquels ils doivent même dormir.

Images choquantes d'animaux qui vivent directement sur du béton et surtout sans accès à l'extérieur.

Les membres de l'association qui milite pour la fin de l'élevage intensif et un plus grand respect du bien-être animal a alerté la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) du Tarn et va également porter plainte contre l'éleveur aux motifs de maltraitance et négligence.

Selon L214, l'exploitant se rend aussi coupable de "violation à la réglementation" en laissantde "nombreux" porcs blessés aux oreilles ou sur les flancs au contact des autres.

"Le mauvais état sanitaire et le manque de soins aux animaux devraient conduire les services vétérinaires à fermer cet élevage sans délai". "Elles datent de février mais il y a peu de chances que la situation ait évolué favorablement ", regrette cette responsable. Au-delà de ce cas particulier, l'élevage intensif est incompatible avec une prise en considération ne serait-ce que minimale de la sensibilité des animaux. Une société évoluée ne devrait pas tolérer que des êtres sensibles soient traités de cette manière.

Interrogé par le quotidien local La Dépêche du Midi, l'exploitant a affirmé que les vétérinaires avaient déjà effectué un contrôle "récemment " et qu'ils n'avaient "rien trouvé ".

Le propriétaire de l'élevage n'a pas souhaité commenter davantage les événements, indiquant simplement que sa propre version des faits "contredit complètement " celle donnée par l'association.

Face à ces constatations terribles, l'association a demandé que cet élevage soit fermé.

Dans un communiqué, la préfecture du Tarn a dressé le constat de l'inspection effectuée le 11 avril et les mesures engagées: cette dernière révèle qu'"aucune blessure ouverte importante n'a été constatée", même si onze animaux malades ou blessés (sur les 1 300 que compte l'élevage) ont dû être néanmons euthanasiés. Ils survivent dans des enclos au sol bétonné et dans un environnement extrêmement pauvre.

Recommande: