Attaques chimiques en Syrie: Guterres appelle à une enquête impartiale

11 Avril, 2018, 04:16 | Auteur: Lynn Cook
  • DOUMA LA FRANCE A DES PREUVES FRAPPERA

Le chef de l'ONU a, par ailleurs, appelé le Conseil de sécurité à "remplir sa responsabilité, à parvenir à un accord sur ce sujet et à redoubler d'efforts pour se mettre d'accord sur un mécanisme adéquat de reddition de compte".

Six pays ont approuvé le texte russe, sept ont voté contre et deux ont choisi de s'abstenir. "La présumée attaque chimique dans la ville de Douma est fabriquée", a déclaré M. Nebenzya, cité par Sana, affirmant que les Etats-Unis avaient "entraîné des personnes pour désinformer la réalité sur l'usage d'armes chimiques en Syrie".

Le projet de texte américain prévoit de créer un nouveau "mécanisme d'enquête indépendant des Nations unies" (Unimi) sur le recours aux armes chimiques en Syrie.

"La gravité des récentes allégations nécessite une enquête approfondie utilisant une expertise impartiale, indépendante et professionnelle", a-t-il ajouté.

Lors d'un deuxième vote, le Conseil de sécurité a rejeté un projet de résolution russe proposant un autre mécanisme d'enquête sur les armes chimiques en Syrie, faute de voix favorables suffisantes.

Le régime de Bachar Al-Assad et son allié russe ont tous deux démenti le recours à des armes chimiques ce jour-là.

L'ONU n'a plus d'organisme d'enquête dédié aux attaques chimiques en Syrie depuis la disparition fin 2017 du JIM, un groupe ONU-OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) dont le mandat n'a pas été renouvelé en raison de plusieurs veto russes.

Lundi, la Russie avait jugé "inacceptables" des éléments de ce projet qui condamne les attaques présumées chimiques menées samedi à Douma dans la Ghouta orientale. "Vous en serez vous-même responsables", a mis en garde Vassily Nebenzia.

Selon des diplomates, l'arrivée d'une équipe d'enquête en Syrie pourrait permettre à Damas de retarder d'éventuelles frappes.

Il a également souligné qu'il n'excluait pas l'option militaire.

Le Secrétaire général de l'ONU appelle à une enquête " impartiale " dans l'affaire de l'attaque chimique présumée en Syrie.

Emmanuel Macron et Donald Trump souhaitent eux une réaction ferme contre le régime syrien qu'ils soupçonnent d'être derrière ce bombardement qui a fait une quarantaine de morts.

Recommande: