Damas et Moscou accusent Israël d'avoir bombardé une base aérienne en Syrie

10 Avril, 2018, 18:51 | Auteur: Lynn Cook
  • L'aviation israélienne tue des soldats iraniens en Syrie

L'État hébreu, toujours techniquement en guerre avec la Syrie, a d'ailleurs frappé la base aérienne T-4 en février, après avoir affirmé qu'il avait abattu un drone iranien dans son espace aérien.

Le Ministère russe de la Défense a accusé Israë ld'avoir envoyé 2 F-15 bombardiers tirer 8 missiles contre la base T4, 3 frappant la partie ouest de la base russo-iranienne. Elle est survenue quelques heures après que le régime syrien du président Bachar Al-Assad eut été accusé d'avoir perpétré une attaque chimique à Douma, dans la Ghouta orientale.

Condamnant cette attaque, les autorités libanaises estiment inacceptable d'utilisation de l'espace aérien libanais alors que le Commandement de l'Armée Libanaise a indiqué dans un communiqué que des avions de combats israéliens ont violé le territoire du Pays des Cèdres à 3h25 du matin, via une pénétration par la localité de Jounieh pour survoler ensuite la localité de Baalbeck dans la Békaa. Mais en février, Israël avait déjà visé la base militaire du T-4, également connue sous le nom de Tiyas dans la province centrale de Homs.

"C'était atroce", "horrible", a lancé Donald Trump à la Maison Blanche au sujet de l'attaque présumée de samedi aux "gaz toxiques" contre Douma, dernière poche rebelle aux abords de Damas. Au moins 14 combattants de diverses nationalités, dont quatre Iraniens, auraient été tués dans cette frappe, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), des informations confirmées un peu plus tôt par l'agence iranienne FARS, proche des gardiens de la révolution. Selon la présidence française, les deux dirigeants se sont entendus pour "coordonner leurs actions et leurs initiatives au sein du Conseil de sécurité des Nations-Unies", qui doit se réunir lundi après-midi à New York.

Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a lui aussi appelé à une "réponse internationale forte", lors d'une conversation téléphonique avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian.

Il s'agit d'une base aérienne de l'armée dans la région de Homs. L'accusation a été relayée par les médias officiels syriens, qui avaient dans un premier temps pointé du doigt les Etats-Unis.

Selon un bilan avancé lundi par l'Union des organisations de secours et soins médicaux France, l'attaque chimique menée à Douma a fait " plus de 60 morts et plus de 1000 blessés", et " beaucoup de ces victimes sont des enfants ". La qualifiant d'"atroce", Ryad a souligné l'importance pour la communauté internationale d'"assumer sa responsabilité dans la protection des civils en Syrie".

Recommande: