La réponse de l'Algérie au roi Mohammed VI — Sahara

07 Avril, 2018, 12:55 | Auteur: Lynn Cook
  • Sahara: nouvelle réunion de

Affirmant que cette agitation traduit "les craintes" du Maroc au sujet de la réunion du Conseil de sécurité au cours du mois d'Avril qui consacrera 5 séances au Sahara Occidental, le représentant du Front Polisario a indiqué que cette attaque n'est pas une première, rappelant la grande campagne menée par l'Etat marocain contre la visite de l'ancien Secrétaire général de l'ONU dans la région.

Dans le même contexte, le rapport souligne "la nécessité d'un mécanisme important, indépendant et impartial chargé de surveiller la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé, a expliqué le Front Polisario, indiquant que le rapport "souligne également le respect et la promotion des droits de l'Homme par le Polisario dans les camps de réfugiés sahraouis".

L'Algérie regrette par ailleurs "la persistance des restrictions et autres contraintes imposées par le Maroc à la Minurso qui, comme le rapporte le Secrétaire Général des Nations Unies, "affectent la perception d'impartialité de la Minurso et sont contraires à l'Accord de principe conclu avec le Gouvernement du Maroc en 2015".

"L'Algérie prend acte avec satisfaction de la volonté du Secrétaire Général des Nations Unies réitérée dans son rapport au Conseil de Sécurité (...) de relancer le processus de négociation et de faciliter des négociations directes, de bonne foi et sans conditions préalables, entre les parties au conflit, le Royaume du Maroc et le Front Polisario ", déclare le porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. L'Algérie l'a invité à bien se regarder dans la glace. "Selon " une source autorisée " du ministère des Affaires Etrangères, citée par l'APS, l'Algérie rappelle que " la question du Sahara Occidental est une question de décolonisation " selon les termes les résolutions des Nations-Unies ". Ridicule! Comme si l'Algérie avait une quelconque responsabilité dans la colonisation du Sahara occidental.

Mais c'est ne pas connaître cette extraordinaire capacité de l'ONU de se mettre elle-même dans une situation de passivité quasiment complice malgré tous les moyens dont elle dispose et quand bien même le droit international est de son côté. "C'est l'Algérie qui finance, c'est l'Algérie qui abrite, c'est l'Algérie qui arme, c'est l'Algérie qui soutient et qui apporte son soutien diplomatique au Polisario", a ajouté Bourita.

"Nos collègues de la Minurso n'ont observé aucun mouvement d'éléments militaires dans le territoire nord-est".

Enfin, il appelait "le Conseil de sécurité à user de son autorité pour pousser le Maroc à s'engager sérieusement et de manière constructive dans un processus politique".

Pourtant, comme à El Guerguerat, où Stéphane Dujarric n'a pas vu non plus ce que tout le monde avait attesté, cette nouvelle violation de la zone démilitarisée a été confirmée par le Polisario lui-même.

Pour Mustapha Tossa, il y a "deux acteurs essentiels dans cette région: le Maroc et l'Algérie".

Une note confidentielle du secrétariat général de l'ONU, transmise au Conseil de sécurité en août 2016, avait reconnu la violation de l'accord militaire numéro 1 par le Maroc.

Recommande: