"Doggy bag " obligatoire dans les restaurants

07 Avril, 2018, 13:53 | Auteur: Aubrey Nash
  • Gaspillage alimentaire: et si le

C'est ce que propose un amendement adopté mercredi par la commission développement durable de l'Assemblée Nationale, selon Le Parisien.

Le repas était délicieux, mais vraiment très copieux.

Les restaurants et les débits de boissons à consommer sur place mettent gratuitement à la disposition de leurs clients des contenants réutilisables ou recyclables permettant d'emporter les aliments ou boissons non consommés sur place.

En 2014, La Brasserie bordelaise, qui proposait déjà des " doggy bags", expliquait au Monde qu'une dizaine de clients par soir en demandaient, sur 400 couverts.

C'est un geste habituel en Amérique du Nord mais qui pourrait également devenir une pratique courante en France.

Un amendement en ce sens vient d'être adopté par la commission, rapporte Le Parisien. Face à ce "cas de conscience", pourquoi les restaurateurs ne proposeraient pas une boite afin que les clients amènent à leur domicile leur reste de repas... Cela pourrait donc changer. "Le but est de généraliser une pratique existante et de réduire par deux le gaspillage alimentaire d'ici 2025", ont expliqué les députés à l'origine de ce texte. "Parmi ces pertes, les restes d'assiette représentent 11 % du volume des restes dans la restauration commerciale". Une mesure anti-gaspi qui n'est pas la bienvenue en France et qui affole les syndicats des restaurateurs. Hubert Jean, président de la branche restauration au sein de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), estime qu'il n'est "pas très judicieux de vouloir contraindre de manière réglementaire l'ensemble de la profession ".

Alors qu'en 2016, la loi recommandait l'utilisation du "doggy bag", cette fois la mesure vise à le rendre obligatoire dans tous les restaurants.

Certains consommateurs craignent de passer pour des radins ou ont peur des risques sanitaires. "L'équivalent d'1 euro par repas" précise Bérangère Abba, députée LaREM de Haute-Marne, membre de la commission développement durable, à l'initiative de cet amendement. Selon cette dernière, " il faut que les habitudes évoluent ".

Recommande: