Af-Sud : l'ex président Zuma face aux juges à Durban

07 Avril, 2018, 13:46 | Auteur: Lynn Cook
  • Jacob Zuma devant la Haute Cour du KwaZulu-Natal à Durban vendredi 6 avril 2018

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma devait comparaître à partir de ce vendredi 6 avril devant un tribunal à Durban.

Suivant une requête de l'accusation et de la défense, Themba Sishi, le juge responsable de cette affaire, a reporté le procès au 8 juin prochain, tout en précision que "c'est une date provisoire ".

Les avocats de l'Etat sud-africain et ceux de l'accusé ont décidé de demander un report d'audience, quelques minutes à peine après que M. Zuma a comparu rapidement devant la cour, où il doit répondre de 16 chefs d'accusation pour fraude, corruption et extorsion de fonds.

"Ces accusations ont été annulées et maintenant elles sont relancées, il est clair qu'elles sont politiques", a déclaré en zoulou M. Zuma devant plus d'un millier de ses partisans réunis près du palais de justice de Durban (nord-est). Jacob Zuma est accusé d'avoir touché des pots-de-vin du groupe français Thales, ex-Thomson CSF, à la fin des années 90.

Dans un fax envoyé en 2000 à sa hiérarchie parisienne, un dirigeant local de Thales a écrit noir sur blanc que le groupe s'était engagé à verser 500.000 rands par an à M. Zuma pour garantir la "protection" du groupe et "le soutien permanent de JZ (Jacob Zuma) pour les futurs projets". Sur la base de ces éléments, Schabir Shaik a été reconnu coupable de corruption en 2005 et condamné à quinze ans de prison.

Empêtré dans diverses affaires de corruption, Jacob Zuma a été poussé à démissionner de la présidence sud-africaine en février dernier au terme de périlleuses négociations avec l'ANC, sa propre formation politique. Il a ajouté qu'il souhaitait "continuer à coopérer " avec les autorités sud-africaines.

Mis en cause depuis 2003 dans ce dossier, Zuma a toujours réussi à échapper à la justice.

Recommande: