Londres ne pourra pas "ignorer les questions légitimes" de Moscou — Affaire Skripal

06 Avril, 2018, 01:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Des diplomates américains expulsés de la Russie

Interrogé sur ce communiqué durant une conférence de presse à Londres, l'ambassadeur russe au Royaume-Uni, Alexander Iakovenko, a dit qu'il serait "heureux de féliciter (ses) compatriotes pour le fait qu'ils se portent bien". Le 14 mars, à l'initiative du Royaume Uni, le Conseil de sécurité avait tenu une réunion d'urgence sur ce dossier au cours de laquelle les Etats-Unis avaient jugé "responsable" Moscou de l'empoisonnement de l'ex-espion.

Londres accuse la Russie de ce double empoisonnement fait avec un agent neurotoxique. L'affaire a provoqué une vaste crise diplomatique entre les Occidentaux et la Russie, avec des expulsions de diplomates de part et d'autre.

Dans une ambiance tendue, la Russie n'a pas été incluse dans l'enquête de l'affaire Skripal.

Mais la proposition russe, présentée conjointement avec l'Iran et la Chine, a été qualifiée d'emblée de "perverse" et de "tentative de diversion" par la délégation britannique, et rejetée lors du vote de l'OIAC. Ces six pays ont été les seuls à voter pour la demande russe. Il a aussi répété que la Russie rejetait toute implication dans l'attaque, dont la responsabilité lui est imputée par Londres et ses alliés. Si elles ont identifié l'agent innervant comme du Novitchok, les analyses scientifiques n'ont pas encore ré ussi à déterminer la provenance du produit.

Mais il a reconnu ne pas avoir de preuve que la substance utilisée contre les Skripal ait été fabriquée en Russie, alors que le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson avait paru dire le contraire.

"Une fois de plus, nous appelons nos collègues à regarder les problèmes du droit international honnêtement (.) Nous sommes prêts à une coopération, comme l'a de nouveau répété hier le président Vladimir Poutine", a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait déjà affirmé lundi que l'empoisonnement "pouvait être dans l'intérêt du gouvernement britannique" pour détourner du Brexit l'attention de la population.

La télévision publique russe a diffusé ce jeudi un enregistrement audio présenté comme une conversation téléphonique entre Ioulia Skripal, hospitalisée en Angleterre après avoir été empoisonnée avec son père Sergueï début mars, et sa cousine Viktoria.