Feu vert de la cour suprême brésilienne à l'incarcération de Lula

06 Avril, 2018, 01:35 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ancien président Lula se retouvera-t-il en prison ?                  REUTERS  Leonardo Benassatto

Jeudi matin, la cour suprême brésilienne avait rejeté la demande d'habeas corpus de Lula lui permettant de rester en liberté jusqu'à l'épuisement de tous les recours.

La Cour suprême du Brésil a rejeté mercredi 4 avril par six voix contre cinq une demande d'habeas corpus de l'ex-président brésilien Lula, ce qui lui aurait permis de retarder l'exécution de sa peine, et il peut donc à présent être incarcéré. Extrêmement populaire, l'homme de gauche va devoir purger 12 ans et un mois de prison pour avoir reçu un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise à qui il aurait octroyé un marché public. Le chef de l'Etat (2003-2010) a été condamné à plus de douze ans de détention pour corruption en janvier.

L'ancien ouvrier devenu syndicaliste puis homme politique est en tête de tous les sondages pour l'élection présidentielle d'octobre prochain, mais sa condamnation va sans doute l'empêcher de se présenter.

"Lula en prison, les bandits en prison, le Brésil sans corruption!", exultait Lisbet Guth de Paiva, psycholoque de 50 ans, qui manifestait devant le siège de la Cour suprême à Brasilia. Jusqu'au bout, ses partisans y ont cru. Dans un Brésil très polarisé, les incertitudes sur le sort de Lula attisent toutes sortes de tensions à six mois de l'élection présidentielle la plus imprévisible de ces dernières décennies.

Le lancement de la sixième campagne présidentielle de Luiz Inácio Lula da Silva, dit "Lula", lundi 2 avril, semblait comme les précédentes: une esplanade trop petite pour accueillir tous les militants, "L'Internationale" chantée à pleins poumons, les drapeaux rouges du Parti des Travailleurs (PT), des syndicalistes en masse, et une population bien plus colorée et jeune que dans les meetings de la droite. Après deux nouveaux échecs, en 1994 et 1998, la quatrième tentative sera la bonne, en octobre 2002.

En février 2017, Lula a dû affronter une épreuve intime avec la mort de Marisa Laeticia, son épouse et compagne durant quarante ans de lutte.

Les avocats de Lula considèrent au contraire que l'habeas corpus doit être concédé au nom de la présomption d'innocence, un argument réfuté mardi par la procureure générale de la République, Raquel Dodge.

Premier président brésilien issu de la classe ouvrière, il a mis en œuvre d'ambitieux programmes sociaux, en bénéficiant des années de croissance portées par le boom des matières premières.

L'ex-président a également reçu le soutien du président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a affirmé sur Twitter avoir " mal au coeur face à une telle injustice ".

Recommande: