Le parquet allemand en faveur d'une extradition de Carles Puigdemont en Espagne

04 Avril, 2018, 01:05 | Auteur: Lynn Cook
  • Berlin: manifestation pour la libération de Puigdemont

Après une " évaluation détaillée du mandat d'arrêt européen " émis par la justice espagnole le 23 mars, le parquet allemand a estimé qu'une telle demande " était recevable " et justifiait le " maintien en détention " de Puigdemont en raison du " risque de fuite " de ce dernier.

Quelques centaines de partisans de l'indépendance de la Catalogne ont manifesté le 1er avril 2018 à Berlin pour demander la libération de Carles Puigdemont, l'ex-président de la région.

Le procureur général de l'Etat régional de Schleswig-Holstein, où l'indépendantiste est actuellement détenu, a reconnu dans un communiqué la validité en droit allemand des deux chefs d'inculpation de la justice espagnole de "rébellion" et "détournement de fonds" et demandé son maintien en détention en vue de l'extradition.

Abrités sous des parapluies, les manifestants - 300 selon la police, 400 à 500 selon les organisateurs - ont marché de la Porte de Brandenburg au ministère de la Justice à l'appel de la branche allemande de l'Assemblée nationale catalane (ANC).

La décision finale devra toutefois encore être prise par la Cour allemande compétente dans les jours à venir. Carles Puigdemont aura également l'occasion de faire appel de cette décision. Aucun calendrier n'a été annoncé à ce sujet, la justice allemande disposant de soixante jours pour statuer. En somme, le leader indépendantiste est désormais à un cheveu de l'extradition en Espagne, où il risque jusqu'à trente ans de prison.

Les partis indépendantistes ont été décapités par une série d'inculpations et d'incarcérations et l'arrestation le 25 mars en Allemagne de Carles Puigdemont, qui s'était installé en Belgique il y a cinq mois.

Depuis, il est détenu à Neumünster, une ville du nord de l'Allemagne.

Une incertitude subsiste sur le fait de savoir si la justice allemande va reconnaître au bout du compte le chef d'inculpation de rébellion qui stricto sensu n'existe pas dans le droit allemand. Selon lui, si des violences sont intervenues avant ou pendant le référendum d'autodétermination en vue de déclarer l'indépendance, elles ont été ponctuelles et attribuables "uniquement aux personnes qui ont mené ces actions". "Il a dit que nous (les indépendantistes catalans) ne nous rendrons jamais et c'est son message au peuple catalan", avait-il indiqué.

La décision finale quant à son extradition doit encore être prise par le tribunal allemand de Schleswig.

Recommande: