Gaza - Israël justifie les tirs contre " une activité terroriste organisée "

02 Avril, 2018, 02:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Gaza - Israël justifie les tirs contre

Des milliers de Gazaouis ont pris part samedi 31 mars aux funérailles des manifestants tués la veille par l'armée israélienne.

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est déclaré "profondément préoccupé" par ces affrontements et a appelé à "une enquête indépendante et transparente sur ces incidents".

Nous exigeons nos droits de la part de l'ennemi israélien qui a pris notre terre.

L'armée a affirmé avoir tiré par nécessité contre les manifestants qui lançaient des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats.

Le premier ministre Benjamin Nétanyahou a également rejeté toutes les critiques et affiché son soutien à l'armée. L'armée israelienne a répliqué à balles réelles.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décrété samedi jour de deuil national et tenu Israël pour seul responsable des morts. ", ont scandé les participants, certains brandissant des drapeaux palestiniens ou appelant à la " vengeance ". Le ministère de la Santé de Gaza annonçait que 15 personnes y ont été blessées lors de heurts le long de la frontière.

L'armée israélienne a ouvert le feu sur les manifestants qui s'étaient approchés à quelques centaines de mètres de la clôture ultra-sécurisée.

Quinze Palestiniens ont été tués et 1 416 autres blessés vendredi dernier dans les affrontements dans la bande de Gaza, lesquels ont été, selon des observateurs, parmi les plus sanglants dans la bande de Gaza depuis l'an 2000, année marquée par le second soulèvement palestinien. Côté israélien, aucun blessé ni aucun mort n'ont été rapportés.

Dans une marche organisée, vendredi, à l'occasion de la Journée de la Terre, des dizaines de milliers de manifestants palestiniens, dont des femmes et des enfants, ont convergé vers la frontière avec Israël.

" Si cela continue, nous n'aurons d'autre choix que de répondre à l'intérieur de la bande de Gaza contre les cibles terroristes (...) ", a déclaré le général de brigade Ronen Manelis à la presse.

Deux jours plus tard, un Palestinien tue un agent de sécurité dans la Vieille ville de Jérusalem, avant d'être abattu.

"Il a dénoncé dimanche les " leçons de morale " du président turc Recep Tayyip Erdogan qui avait accusé la veille Israël d'avoir commis une " attaque inhumaine ".

Des organisations de défense des droits de l'Homme se sont pour leur part interrogées sur la réaction disproportionnée des forces de sécurité israéliennes.

"La terre palestinienne appartiendra toujours à ses propriétaires légitimes et l'occupation doit cesser".

Les commentaires sont fermés.

Recommande: